LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le candidat du parti populaire Pablo Casado, le chef du parti Podemos Pablo Iglesias, le Premier ministre et candidat du PSOE Pedro Sanchez, et le chef du parti Ciudadanos Albert Rivera lors du débat télévisé du 23 avril 2019 à Madrid

Législatives en Espagne : le choc des nationalismes évité ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Victoire de la gauche, percée historique de l’extrême droite, aucun parti n’a de majorité seul : Pedro Sanchez gagne la bataille de la légitimité mais doit négocier une alliance fragile. Ces troisièmes élections en trois ans apporteront-elle moins d’instabilité ?

Le candidat du parti populaire Pablo Casado, le chef du parti Podemos Pablo Iglesias, le Premier ministre et candidat du PSOE Pedro Sanchez, et le chef du parti Ciudadanos Albert Rivera lors du débat télévisé du 23 avril 2019 à Madrid
Le candidat du parti populaire Pablo Casado, le chef du parti Podemos Pablo Iglesias, le Premier ministre et candidat du PSOE Pedro Sanchez, et le chef du parti Ciudadanos Albert Rivera lors du débat télévisé du 23 avril 2019 à Madrid Crédits : JAVIER SORIANO / AFP - AFP

"La démocratie sociale a un grand avenir devant elle, grâce à son exceptionnel présent. Nous allons former un gouvernement pro-européen qui va renforcer et non pas affaiblir l'Europe." Le Premier ministre Pedro Sanchez est très satisfait des résultats des élections législatives anticipées qui s'annonçaient pourtant très serrées ce dimanche 28 avril. 

C'est une victoire mais aussi un nouveau défi pour les socialistes espagnols : pour la première fois depuis le retour de la démocratie, un gouvernement de coalition va se constituer en Espagne et le parti d'extrême-droite Vox a réalisé une percée historique avec l'obtention de 24 sièges, un chiffre qui reste cependant insuffisant pour peser sur la formation du futur gouvernement.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Écouter
1 min
Ecoutez l'analyse de Barbara Loyer sur les visées politiques du parti ultraconservateur Vox

Une "majorité Frankenstein" en perspective

Selon les résultats partiels du ministère de l'Intérieur, le PSOE a remporté 29% des voix, soit 123 députés qui seront présents aux Cortes Generales, le Parlement espagnol. Il est donc impossible de former un gouvernement seul puisque la majorité absolue requiert 176 sièges sur les 350 au total. Avec l'affaiblissement flagrant de son allié de gauche radicale Podemos, qui est passé de 71 à 42 députés, Pedro Sanchez va devoir recomposer avec les nationalistes basques du PNV mais aussi les catalans, et ce, malgré la réticence du PSOE qui a dû convoquer les élections en février suite au refus des indépendantistes à voter le budget du gouvernement.

L'autre option possible serait une alliance entre le PSOE et Ciudadanos car ils disposent à eux deux de la majorité du Parlement avec 180 députés. Mais le chef du parti centriste Albert Rivera a déjà exclu tout accord avec Pedro Sanchez, des propos que ce dernier n'a pas cherché à contredire. Libéral et anti-indépendantiste, Ciudadanos souhaite devenir la principale force d'opposition, un rôle que s'attribue habituellement le parti de droite PP (Parti Populaire) qui s'est effondré en gagnant seulement 66 sièges. 

La situation en Catalogne nous montre une situation très polarisée alors que pour ces élections législatives on a, au contraire, un ensemble de l'électorat qui s'est finalement positionné beaucoup plus au centre qu'on ne pouvait l'attendre. Barbara Loyer

D'après l'AFP, en parallèle des élections européennes, des élections locales et régionales sont encore prévues le 26 mai prochain, ce qui pourrait retarder les négociations pour former le nouveau gouvernement. 

Intervenants
  • Politologue spécialiste de l'Espagne et enseignante et chercheure en géopolitique à l'Université de Paris-VIII
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......