LE DIRECT
Ce samedi à Washington, une marée humaine a investi les avenues entre la Maison Blanche et le Capitole. Il y avait 800.000 personnes, selon les organisateurs cités par NBC.

Etats-Unis. La jeunesse, force déterminante dans l’élection présidentielle de 2020 ?

10 min
À retrouver dans l'émission

La « marche pour nos vies » des lycéens a réuni samedi plus d’1,5 million de personnes dans des centaines de villes : c’est la plus grande manifestation jamais organisée en faveurd'une régulation des armes à feu aux Etats-Unis. Que donnera l’ultimatum de la jeunesse aux partis politiques ?

Ce samedi à Washington, une marée humaine a investi les avenues entre la Maison Blanche et le Capitole. Il y avait 800.000 personnes, selon les organisateurs cités par NBC.
Ce samedi à Washington, une marée humaine a investi les avenues entre la Maison Blanche et le Capitole. Il y avait 800.000 personnes, selon les organisateurs cités par NBC. Crédits : Emily KASK - AFP

« Changez la législation sur les armes ou changez le congrès » : ce slogan aperçu à New York résume bien les positions des manifestants après la tuerie du lycée de Pakrland le 14 février dernier. Depuis le massacre de Columbine, le débat sur les armes à feu a été posé plusieurs fois. En 2000, la « Mom’s March » avait réuni un million de manifestants après que 3 enfants avaient été blessés dans le mitraillage du Centre Communautaire Juif de Los Angeles. Mais il revient cette année avec une intensité et une portée politique inédite, porté pour la première fois par des jeunes : des lycéens de 18 ans.

Parmi eux, on trouve quelques figures et orateurs remarquables, dont Emma Gonzales et Cameron Kasky. Ces jeunes font partie de cette « generation mass shooting » comme elle s’appelle. Si elle était trop jeune pour voter en 2016, elle pourra le faire aux prochaines élections : la menace sur les élus favorables à la NRA a été explicitée avec la publication d’une liste de dizaines de bénéficiaires de fonds dans le New York Times, un des piliers d’une campagne de dénonciation qui doit conduire aux élection du mid-term 2018 et à la présidentielle de 2020. Le potentiel de votants est non négligeable : les 15-19 ans étaient 21,3 millions en 2016.

Les mesures annoncées vendredi dernier par la Maison Blanche (interdiction des bump-stocks , signalement des maladies mentales ou campagnes d'information en milieu scolaire) n’ont pas clôt le débat. Même s’il se veut trans-partisan, les Républicains (déjà en difficulté après des élections en Alabama et Pennsylvanie) sont visés. Certains démocrates soutiennent déjà le mouvement : « pas d’adaptation sans changement au Congrès » dit le sénateur Chris Murphy.

Reste que le combat est ancien : le second amendement interprété comme droit de chacun à porter des armes contre droit à la sécurité de tous. Et même avec un Congrès favorable, les possibilités de régulation sont minces. Sentiment de trop plein, changement de perception avec la multiplication des grands massacres, ou nouvelle convergence des luttes ? Les inscriptions des jeunes sur les listes et les élections de mi-mandat (fin 2018) donneront les premières réponses.  

@TEnjeux @XXMonde

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

Intervenants
  • spécialiste des questions migratoires aux Etats-Unis, professeur à l'Institut du monde anglophone de l'université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......