LE DIRECT

États-Unis. Quels liens entre la politique intérieure et la politique étrangère de Barack Obama ?

8 min
À retrouver dans l'émission

La politique étrangère ne joue généralement qu’un rôle limité dans l’élection présidentielle américaine. Ce n’est pas nouveau. En cela, d’ailleurs, la France s’est américanisée.

Sur le plan international, et après sept ans de présidence, le bilan de Barack Obama est peu glorieux (Afghanistan, Irak, Ukraine, Russie, Chine…). Dieu sait s’il avait été quasi mythifié lors de sa première élection. Ce qui prouve une fois de plus que les effets de foule, les opinions publiques et les médias (grégaires) sont des éléments très fragiles de la vie internationale. Et surtout en Occident... Cela dit, le président Obama semble avoir pris la mesure de l’affaiblissement mondial de son propre pays : certes, les États-Unis demeurent la seule superpuissance, mais elle est durablement amoindrie. En cela, il est en avance sur ses successeurs.

Pour en revenir à l’objet de la discussion, comment la politique intérieure et la politique étrangère interagissent aux États-Unis ?

U.S. Secretary of State John Kerry kicks a soccer ball around during an airplane refuelling stop at Sal Island, Cape Verde,
U.S. Secretary of State John Kerry kicks a soccer ball around during an airplane refuelling stop at Sal Island, Cape Verde, Crédits : Reuters

_En France , la mondialisation est centrée sur le principe d’une continuité historique. Ce monde est, certes, post-colonial et urbanisé mais il n’enregistre pas de rupture. Alors que pour les Anglo-Américains, la phase historique que l’humanité traverse en ce début du XXIème siècle est considérée comme un processus inédit. La firme globale à l'Américaine détient son siège social dans une ville, les unités de production sont dans différentes localités et le secteur de la conception ou du design dans une localisation autre. Cette répartition géographique éclatée repose sur des échanges et des liens étroits et quotidiens associant l’Internet… une invention américaine !

Aux Etats-Unis , le site de la Radio des Nations Unies , transcrit en langue française la déclaration de Barack Obama, donnée lors de l’ouverture du débat général sur les relations internationales. Selon le président américain, «le réalisme veut qu’un compromis sera nécessaire pour mettre fin aux combats et finalement éradiquer l’Etat Islamique en Iraq et au Levant». Mais ce réalisme exige également une transition qui ne serait pas gérée par le Président syrien Bachar Al-Assad mais par un nouveau dirigeant, « par un gouvernement inclusif qui reconnaît qu’il faut mettre fin à ce chaos de sorte que le peuple syrien puisse reconstruire »

En Grande-Bretagne, on se dit qu'après avoir réussi un inattendu accord nucléaire avec l'Iran, peut-être Obama est-il enfin digne de son prix Nobel de la paix ? "Le président américain a enfin réalisé quelque chose d'extraordinaire. L'accord nucléaire avec l'Iran est bien plus que la fin de deux décennies de querelles sur les installations nucléaires iraniennes", proclame, très admiratif, le site de journalistes indépendants Middle East Eye .

Au Canada , c’est l’affaire des emails « confidentiels » de l’ancienne Secrétaire d’Etat Hillary Clinton qui est attentivement suivi de semaine en semaine depuis plusieurs mois. L'équivalent de 6300 pages de messages datant de 2010 et 2011 et expurgés d'informations sensibles ou confidentielles, ont déjà été rendus publics sur une page dédiée du site du département d'État, "Clinton-Email". Depuis mai, les messages sont publiés le dernier jour de chaque mois. En 2010, elle raconte, agacée, avoir ferraillé « avec le standardiste de la Maison-Blanche qui ne me croit pas quand je dis qui je suis ». « Où en est-on là-dessus? » relance-t-elle à propos d'un rendez-vous demandé par son collègue français. Dans le premier lot figuraient ceux liés à la Libye, dont celui-ci, envoyé seulement quelques heures avant les attaques mortelles de Benghazi le 11 septembre 2012 : « peux-tu nous trouver une copie du film de Bernard Henri-Levi (sic !) sur la Libye? ».

En Russie , la puissance de la grande voisine chinoise fait historiquement partie des grandes préoccupations. Selon plusieurs experts, et malgré un certain status quo atteint depuis peu d’années dans leurs relations, les tensions politiques entre les Etats-Unis et la Chine vont très probablement continuer à s'amplifier dans les années à venir. «Les deux côtés se considèrent comme des rivaux et des adversaires, mais essaient de retenir ce sentiment. Et cette tendance va se poursuivre dans un avenir proche, même si l'on sentira de la résistance dans l'air, surtout de la part des Etats-Unis», observeFedor Loukianov, le rédacteur en chef de Russia in Global Affairs .

En Belgique , fait rare mais symptomatique d’une vision très américaine de l’Europe, la nouvelle ambassadrice des Etats-Unis a décidé de s’immiscer directement dans la politique belge ! Elle publie carrément une carte blanche dans le quotidien La Libre pour inciter le gouvernement belge à acheter du matériel militaire américain… (Par le traité de l'Alliance Atlantique, les équipements militaires opérationnels des pays membres doivent être compatibles avec les normes de l’Otan, décidées par... les Etats-Unis).

Intervenants
  • Philosophe, professeur émérite à la Stony Brook University de New York et membre, entre autres, du comité de rédaction de la revue Esprit.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......