LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des membres de l'armée et un chef religieux participent aux funérailles du chef d'état-major des forces de défense éthiopiennes Seare Mekonnen et du major-général Geza'e Abera, ancien haut responsable de l'armée éthiopienne à la retraite.

Éthiopie : le risque d’une balkanisation est-africaine ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Des milliers de personnes aux funérailles des 5 officiels assassinés samedi dernier dans le Nord et la capitale Addis-Abeba. Les autorités évoquent une tentative de coup d'Etat régional. Ces meurtres politiques s'ajoutent aux violences ethniques qui se multiplient depuis des mois.

Des membres de l'armée et un chef religieux participent aux funérailles du chef d'état-major des forces de défense éthiopiennes Seare Mekonnen et du major-général Geza'e Abera, ancien haut responsable de l'armée éthiopienne à la retraite.
Des membres de l'armée et un chef religieux participent aux funérailles du chef d'état-major des forces de défense éthiopiennes Seare Mekonnen et du major-général Geza'e Abera, ancien haut responsable de l'armée éthiopienne à la retraite. Crédits : Michael TEWELDE - AFP

Ce sont des événements intrigants et inquiétants qui ont eu lieu le week-end dernier en Éthiopie. Une série de meurtres politiques a frappé le pays, dans un contexte où les différentes communautés qui composent l'Éthiopie sont en train de se déchirer.

Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, les autorités éthiopiennes ont dénoncé une tentative de coup d’État dans la région d’Amhara, la deuxième région la plus peuplée du pays, dans le nord de l'Éthiopie. Quelques heures plus tard, le ministre de la Justice nationale est grièvement blessé. Puis le président de la province d'Amhara, Ambachew Mekonnen, est assassiné avec d’autres membres de son administration dans la capitale régionale, Bahir Dar. C’est ensuite le chef d’état-major des forces armées, le général Seare Mekonnen qui est tué par son garde du corps, à Addis-Abeba. 

Le chef du Bureau pour la Sécurité et la Paix dans l'État d'Amhara soupçonne que « les assaillants soient les mêmes que ceux qui étaient impliqués dans le coup de force dans l'Etat Amhara », affirmant que les deux événements seraient liés. Le pouvoir central accuse en effet le chef de la sécurité de la région Amhara, le général Asaminew Tsigen d'avoir voulu renversé le Premier ministre Abiy Ahmed. Fervant nationaliste Amhara, le général occupait un poste stratégique dans la région et serait le cerveau présumé des attaques de samedi soir. 

L'hypothèse que ce soit un coup d'État mené par le chef de la sécurité de la région Amhara - avec nécessairement des complices ou des appuis parmi l'élite Amhara - est de plus en plus confirmée. Une grande majorité de la population Amhara considère en effet que le gouvernent est beaucoup trop faible et ne protège pas assez leur ethnie. Or, Asaminew Tsigen représentait cette haine ultranationaliste de l'élite et de la population Amhara. René Lefort

L’Éthiopie est un un État fédéral. Le pays a été divisé en neuf régions semi-autonomes dessinées sur des bases ethniques. Dans le sud, les Oromos sont en conflit avec les Somalis et souhaitent faire de Addis Abeda leur capitale. Quant aux Amharas, ils ont créé un Mouvement national face à leur sentiment de marginalisation. La région Amhara est d'ailleurs à l’image de l’ensemble du pays : elle est tiraillée entre groupes nationalistes et mouvements unionistes. 

Le clivage politique en Éthiopie est entre les fédéralistes - des nationalistes ethniques modérés - et des confédéralistes - des ultranationalistes. René Lefort

Si beaucoup de dirigeants étaient auparavant issus de la communauté Amhara, ce n'est plus le cas depuis l'avènement du régime actuel, il y a près de 27 ans de cela. En avril 2018, Abiy Ahmed est désigné Premier ministre et arrive au pouvoir à la suite d’une alliance entre hommes politiques des deux grandes ethnies : Amhara et Oroumo. Son arrivée marque un tournant pour le pays : considéré comme un dirigeant réformateur, il signe un accord de paix avec son voisin érythréen et lance une série de réformes démocratiques. 

Mais descendant de l'ethnie principale du pays, celle des Oromo, en dehors de cette grande coalition au pouvoir, de multiples groupes défendent leurs visées nationalistes... Cela contribue à nourrir le sentiment nationaliste et la nostalgie d’une Éthiopie dirigée par la communauté Amhara. Surtout, une grande partie de la population considère que leur Premier ministre ne défendrait pas suffisamment cette ethnie. 

Une grande majorité de la population considère que le gouvernement actuel est beaucoup trop faible et ne défend pas suffisamment l'ethnie Amhara. René Lefort

Dans un pays composé de 80 groupes ethniques et nationalités, les conflits communautaires sont nombreux. Le contexte explosif de la société éthiopienne, affectée les conflits communautaires rappelle, à bien des égards, la Yougoslavie à la veille de son éclatement...

Le problème de la décolonisation de l'Éthiopie n'a toujours pas été réglé. C'est autour de cette question que les élites éthiopiennes se déchirent. René Lefort

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • chercheur, spécialiste de la Corne de l’Afrique
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......