LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Scènes de joie, hier soir dans les villes algériennes

Retrait de Bouteflika, report de l'élection : vers une "perestroïka algérienne" ?

9 min
À retrouver dans l'émission

Pas de cinquième candidature d'Abdelaziz Bouteflika, pas d'élection présidentielle le 18 avril : c'est l'annonce hier de la présidence algérienne dans un message lu à la télévision. Dans l'ensemble, les manifestants ont salué cette décision mais certains sont sceptiques face à la manœuvre.

Scènes de joie, hier soir dans les villes algériennes
Scènes de joie, hier soir dans les villes algériennes Crédits : RYAD KRAMDI - AFP

Lundi 11 mars, en fin de journée, la présidence algérienne a annoncé dans un communiqué le report des élections présidentielles ainsi que le retrait d'Abdelaziz Bouteflika. Au pouvoir depuis 1999, le chef d'Etat de 82 ans, très affaibli depuis son AVC en 2013, renonce à un cinquième mandat consécutif, laissant place à un remaniement ministériel. Une nouvelle Constitution sera soumise à un référendum populaire. Mais le président a-t-il complètement cédé à la pression de la rue ?

Un processus de démocratisation factice ?

Entre enthousiasme et scepticisme, les Algériens reprennent les manifestations avec toujours plus de force pour contester la prolongation du 4e mandat du chef de l'Etat algérien ce mardi 12 mars. Aucune date n'a été donnée pour les prochaines élections présidentielles, ce qui suscite beaucoup d'inquiétudes. 

Écouter
54 sec
La démocratisation doit être envisagée avec prudence vu l'opacité prégnante du système politique algérien, mais cela ne devrait pas empêcher pas les manifestants de réclamer le retrait définitif de Bouteflika

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a été limogé pour être remplacé par Nourredine Bedoui, auparavant ministre de l'Intérieur. Celui-ci est accompagné d'un vice-Premier ministre qui n'est pas inconnu des Algériens, le diplomate Ramtane Lamamra. Une conférence nationale "inclusive et indépendante" a été créée pour l'élaboration d'une nouvelle Constitution mais plusieurs milliers d'étudiants dénoncent une "ruse" du président Bouteflika pour se maintenir au pouvoir.

Cette nouvelle est une fausse sortie en réalité puisque constitutionnellement rien ne permet au président de la République de prolonger son mandat d'autorité. On voudrait savoir sur quelles bases juridiques cela va se faire et il reste beaucoup de questions en suspens. C'est une bonne annonce mais avec une très mauvaise application. Je suis très mitigé sur cette annonce qui n'en est pas une. Kader A. Abderrahim

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour superviser la transition, rédiger la nouvelle Constitution et fixer les dates des élections, la conférence nationale sera présidée par Lakhdar Brahimi, un diplomate chevronné. Des représentants de manifestants y seront également présents. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un 4e vendredi consécutif de mobilisation est prévu le 15 mars prochain grâce au hastag "Mouvement du 15 mars" sur les réseaux sociaux. 

Intervenants
  • Chercheur à l'Iris, spécialiste du Maghreb et de l'islamisme, et maître de conférences à Sciences Po Paris
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......