LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Europe centrale. L’accroissement du déficit démocratique et ses conséquences pour l’Union européenne.

8 min
À retrouver dans l'émission

Les poussées populistes et souvent anti-communautaires s’amplifient en Europe centrale et orientale, autant dire chez les membres les plus récents de l’Union européenne. Cela a de graves conséquences pour l’ensemble de la construction communautaire et amplifie le fameux « déficit démocratique ».Il est vrai qu’on a compté 16 élargissements en 18 ans.

Slovaquie, Hongrie, Pologne ont défrayé la chronique depuis quelques années. Déclarations tonitruantes sur l’immigration, facilitées par la politique allemande qui accueillait en masse des émigrés du Proche-Orient et a vouluimposer ses règles à tous les autres sous forme de quotas obligatoires dérives clairement autoritaires distribution de passeports à la diaspora (le premier ministre hongrois a ainsi fait son marché électoral) ; apologie de la « démocratie non libérale » sur le modèle turc claires et répétées atteintes aux libertés de la presse et à l’indépendance de la justice etc. Même, hors Europe centrale, le Danemark souhaite saisir les objets de valeur des nouveaux émigrés.

D’où, plusieurs questions, essentielles. Cette tendance déjà forte est-elle durable ? Pourquoi les institutions européennes semblent-elles paralysées ? Quelles sanctions possibles à ces atteintes à l’État de droit, lequel est pourtant un prérequis pour adhérer à l’Union européenne (« critères de Copenhague ») ?

Th. G.

Anti-government protest in Poznan, Poland
Anti-government protest in Poznan, Poland Crédits : Reuters

En Autriche , le pays est déjà touché par les dures décisions bien peu démocratiques du voisin hongrois. C'est pourquoi on y observe avec de très vives craintes les récentes évolutions politiques survenues en Pologne. On craint même que le comportement des responsables politiques polonais pourrait avoir un effet négatif beaucoup plus sensible que la crise financière en Grèce, la situation en Ukraine, l'afflux de réfugiés ou encore la décision éventuelle du Royaume-Uni de se retirer de l'Union européenne. Le parti PiS dirigé par Jarosław Kaczyński est récemment arrivé au pouvoir à Varsovie: il s'agit d'un parti qui ne respecte ni les valeurs fondamentales de l'Union Européenne ni les principes démocratiques. Il reprend même les " traditions" du fascisme polonais de l'entre-deux-guerres.

Pour endiguer ces tendances nationalistes, l'UE pourrait menacer d'exclure la Pologne de l'UE, mais cette démarche n'est prévue par aucun traité de l'Union. Il n'est pas pour le moment clair où cela peut mener. Mais il y a des raisons d'être profondément pessimiste, tant au sujet de la Pologne que de l'Europe. ..

L'ancien président polonais Lech Walesa a appelé la semaine passée à un référendum en vue de l'organisation d'élections anticipées. «Ce gouvernement agit contre la Pologne, contre nos acquis, contre la liberté, contre la démocratie. Sans même dire qu'il nous ridiculise dans le monde. J'ai honte de voyager à l'étranger», a déclaré à Radio Zet le chef historique du mouvement Solidarité. Lech Walesa, prix Nobel de la Paix 1983, avait déjà mis en garde le parti conservateur contre un risque de «guerre civile» en Pologne : le président Andrzej Duda, issu du PiS, «viole la loi, alors la nation doit aussi violer la loi et les mettre à la porte», a-t-il estimé !

Intervenants
  • Responsable de la collection de Réflexe Europe a enseigné à l’Institut d’Etudes Européennes de Paris-8.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......