LE DIRECT

Expiration du protocole de Kyoto. Les incertitudes sur la lutte contre le réchauffement de la planète

12 min
À retrouver dans l'émission

.

Sous la direction de Gabriel WACKERMANN
Sous la direction de Gabriel WACKERMANN

Le protocole de Kyoto était supposé vertueux. Ce qu’il a été, dès son entrée en vigueur en 2005, mais pour les seuls pays européens. Avec arrogance, les États-Unis ne voulaient pas « négocier leur niveau de vie » (ils étaient le premier pollueur de la planète avec moins de 5 % de la population mondiale), tandis que les Chinois ne pouvaient pas renoncer à leur dévastatrice industrialisation au charbon (les Européens avaient fait bien pire dès 1830).

Depuis, tant d’échecs : Copenhague (2009), Cancun (2010), Durban (2011). On prévoit un Fonds vert sans priorité ni calendrier ni financement : autant tirer des plans sur la comète.

De toute façon, la tragédie de Fukushima a conduit dans de nombreux pays à l’abandon du nucléaire, donc au surcroît de pollution avec le charbon (comme l’Allemagne) et avec le pétrole et le gaz de schiste (comme le Canada et les États-Unis).

Gabriel Wackermann est professeur émérite à Paris I et géographe

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......