LE DIRECT
Carlos Ghosn, dit Bichara,et surnommé "Cost Killer", né en 1954 à Porto Velho (Brésil), est un industriel libano-brésilo-français, président-directeur général (PDG) du groupe Nissan - Renault - Mitsubishi

France – Japon : quel impact de l’affaire Carlos Ghosn ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Après 3 semaines en détention, Carlos Ghosn a été mis hier en examen pour avoir dissimulé des millions d’euros de revenus au fisc japonais. L’affaire réveille des tensions diplomatico-industrielles. Pourrait-elle être un obstacle au réchauffement Franco-Japonais cette année ?

Carlos Ghosn, dit Bichara,et surnommé "Cost Killer", né en 1954 à Porto Velho (Brésil), est un industriel libano-brésilo-français, président-directeur général (PDG) du groupe Nissan - Renault - Mitsubishi
Carlos Ghosn, dit Bichara,et surnommé "Cost Killer", né en 1954 à Porto Velho (Brésil), est un industriel libano-brésilo-français, président-directeur général (PDG) du groupe Nissan - Renault - Mitsubishi Crédits : TOSHIFUMI KITAMURA - AFP

A l’intérieur de Nissan, un groupe de cadres enquêtait sur Carlos Ghosn depuis déjà plusieurs années. Ils ont provoqué l’arrestation du PDG devant des caméras, organisé une conférence de presse où le DG a parlé de son patron en des termes extrêmement durs. Et en même temps, ils ont lancé énormément d’informations en direction des medias. . . Tout cela a été très bien orchestré. Il a été inculpé sur une somme qu’on lui a promis de toucher quand il quitterait Nissan, un parachute doré. Devait-il déclarer ce parachute doré avant de le toucher ? Il y a plusieurs avis divergents. Il y a maintenant toute une série d’autres faits qui sortent petit à petit. Aujourd’hui les procureurs veulent savoir exactement ce qu’il s’est passé à l’intérieur de l’entreprise.            Franck Michelin, professeur à la Teikyo University, en direct de Tokyo

Je pense que les gens qui ont fait chuter Carlos Ghosn étaient ceux évidemment qui étaient opposés à la fusion.  Mais, à l’intérieur de Nissan, il y a encore des gens qui restent favorables à Carlos Ghosn.  Et dans les medias japonais, en ce moment, Emmanuel Macron, est égratigné extrêmement sévèrement : on a tendance à vouloir montrer la main de la présidence française derrière une volonté de fusion, qui serait forcée et venant de Renault. C’est ce qui est annoncé pour justifier l’arrestation de Carlos Ghosn, tout au moins c’en est le prétexte.           Franck Michelin, professeur à la Teikyo University, en direct de Tokyo

Il y a des liens très forts entre le patronat japonais et les ministères des finances et de l’économie.   Le Japon est, en apparence, une économie libérale ouverte et, dans les faits, est une économie extrêmement fermée. Quand on regarde la capitalisation boursière au japon, seulement 5% vient de l’étranger. Il est possible qu’il y ait une collusion d’intérêt entre une partie des gens de Nissan, et certaines personnes à l’intérieur de l’état japonais. Mais on ne peut pas la prouver.     Franck Michelin, professeur à la Teikyo University, en direct de Tokyo

.

La page de Franck Michelin sur le site de la Teikyo University 

Page du site officiel de Franck Michelin, chercheur sur l'histoire du Japon et de l'Asie contemporains, et plus  particulièrement sur les relations du Japon avec le monde au XXe siècle

Intervenants
  • Professeur à la Teikyo University (Faculty of Economics), Tokyo, et membre de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......