LE DIRECT

France. L’oubli dans la campagne présidentielle de la politique étrangère

12 min
À retrouver dans l'émission

PRESIDENTIELLE 2012
PRESIDENTIELLE 2012

Une constatation manifeste : les grands dossiers de politique étrangère française n’ont joué à peu près aucun rôle dans le débat électoral de la présidentielle.

Même s’il ne s’agit pas ici de dresser le bilan du mandat Sarkozy en la matière, on peut s’interroger sur cette absence. D’autant plus qu’on disait la même chose en 2007.

Quelques raisons à ce consternant déficit, en première approche.

Sur le plan intérieur, une campagne plate et trop tôt entamée, avec trop d’effets tribuniciens populistes.

Sur le plan extérieur, d’abord l’américanisation évidente de ce type de scrutin, pourtant couru par les électeurs (peu d’abstention) : les partis ne proposent pas de projet et sont des machines électorales.

Le vieillissement aussi de la population, voire la sénescence du corps social, comme dans toute l’Europe : les électeurs se recroquevillent sur leurs petits malheurs, tandis que le vaste monde est toujours inquiétant ou violent.

La crise économique aussi, à la fois lourde et durable. Dans la foulée, le déclassement objectif de la France par rapport à l’Allemagne. Le peu de différence ou de divergences entre la droite et la gauche, sur les dossiers d’ordre géopolitique. Quoi d’autre encore ?

Philippe Moreau Defarges est conseiller à l’Ifri

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......