LE DIRECT

France. Paris et l’Afrique subsaharienne.

8 min
À retrouver dans l'émission

Liens économiques et politiques, la France peut-elle se passer de l'Afrique ? Les relations entre la France et l’Afrique subsaharienne renvoient directement à l’histoire, à la colonisation, à la décolonisation, à l’héritage de la francophonie, aux coopérations culturelles, aux échanges commerciaux, ces derniers largement déséquilibrés et inégalitaires.

Aujourd’hui, on insistera sur la situation actuelle, notamment sur les interventions militaires de la France dans cette partie du continent, justifiées par la lutte contre le terrorisme autant que par la contribution à la stabilité politique de certains essentiellement sahéliens (Mali, RCA…).

Ce qui est frappant, par-delà les différents régimes en place à Paris, c’est la continuité des relations, pour le meilleur et pour le pire. Avec notre invité, quelques éléments clés de ce lien complexe et évolutif, qui ne permet pas des jugements totalement positifs ou négatifs.

Th. G.

Francois Hollande (L) and Senegal's President Macky Sall (2ndL), attend a ceremony, November 30, 2014 in Dakar, to pay hommage t
Francois Hollande (L) and Senegal's President Macky Sall (2ndL), attend a ceremony, November 30, 2014 in Dakar, to pay hommage t Crédits : Reuters

Au Congo , nombreux sont ceux qui s’interrogent : La France peut-elle se passer de l’Afrique ? Car une question essentielle se pose en corrélation : quel impact aura la nouvelle vision française en Afrique, et quel sera le rôle joué par les autres grands acteurs internationaux tels que les États-Unis et la Chine ? "En Afrique, une dynamique économique est née depuis plusieurs années. C'est un continent d'avenir parce qu'il y a une jeunesse qui demande à prendre sa place. C'est un continent d'avenir parce que des entreprises sont en train de s'installer, des pays se sont eux-mêmes investis, notamment la Chine et les Etats-Unis" , reconnaissait François Hollande au printemps dernier

Aux Etats-Unis , très fortement critiqué pour la faiblesse de son engagement avec l'Afrique au cours de son premier mandat, le président américain Barack Obama a lancé il y a tout juste un an son célèbre slogan "Doing Business in Africa", qui résume une campagne de sensibilisation à destination des décideurs économiques américains sur les opportunités d'affaires en Afrique.

En Chine , le pouvoir se réjouit que la France, consciente, comme son président l'a affirmé à Dakar, que l'avenir économique du monde se jouera en Afrique, entend donc y préserver son influence en prônant "des relations économiques et commerciales plus équitables" , tout en composant avec la nouvelle donne américaine et le rôle joué par la Chine sur le continent.

Au Bénin , le Premier ministre Lionel Zinsou, a déclaré la semaine dernière sur les ondes de France Inter que les rapports de domination entre la France et ses anciennes colonies africaines "n'existent plus qu'à l'état résiduel et folklorique". « Nous avons eu des réseaux de domination qui ont duré plus longtemps que la période de la colonisation et se sont étendus dans les premières années de l’indépendance », a-t-il jugé. « Mais désormais, l’Afrique est en soi une puissance qui a sa dynamique propre et donc les rapports de domination et d’exclusive sont des choses qui n’existent plus qu’à l’état résiduel et folklorique. » Le Premier ministre béninois a d’autre part affirmé que la France a évolué : « Pour elle, les plus importants des pays en termes d’investissements en Afrique sont le Nigeria, l’Afrique du Sud qui sont en dehors du pré carré français constitué des anciennes colonies francophones. »

Intervenants
  • directeur de recherche à l'IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques), spécialiste de l'Afrique
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......