LE DIRECT

Géorgie - Ossétie du Sud

9 min

le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov
le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov
le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov © Novosti par Thierry Garcin **L'affrontement russo-géorgien à propos de l'Ossétie du Sud. Quelle logique des acteurs ? Quelle issue possible ?** La guerre Géorgie-Russie de cet été illustre à l'envi les contraditions locales, régionales, internationales. Contradictions géopolitiques. Comme l'a dit le ministre allemand des affaires étrangères, on ne saurait stabiliser le Caucase contre ou sans les Russes, mais avec eux. L'Ossétie elle-même est à la fois russe et géorgienne, le Nord ne communiquant avec le Sud que par un tunnel. Des forces de "maintien de la paix" (russes ossètes du sud et géorgiennes dans un premier temps) sont là depuis 1992 (en Abkhazie, sous mandat de la CEI dont la Géorgie vient de se retirer, depuis 1994). Ce qui a permis à Moscou de rasseoir sa sphère d'influence, en profitant de l'attaque géorgienne du 8 août. Contradictions juridiques. Moscou refuse de reconnaître l'intégrité territoriale de la Géorgie, ce qui rappelle la doctrine brejnevienne de "souveraienté limitée". Les Occidentaux, dont beaucoup ont reconnu l'indépendance du Kosovo ex-serbe, sont mal avisés de ne plus reconnaître le droit des communautés ou minorités à la sécession. Contradictions militaires. Mercenaires, milices, apport de combattants extérieurs ont été le lot des deux parties. Les observateurs de l'ONU et de l'OSCE, en place depuis longtemps, n'ont servi à rien. Contradictions diplomatiques. Plan de paix français qui comporte des zones d'ombre importantes pour l'avenir, indécision initiale des Etats-Unis, revirement de l'Allemagne sur la candidature de la Géorgie à l'Alliance atlantique, etc. Contradictions économiques enfin, puisque la région est un carrefour stratégique pour le transit du pétrole et du gaz azerbaidjanais, dossier qui dépasse largement les pays de la région. ____________________________________________ Nos émissions du **mercredi 14 novembre 2007** , ainsi que celle du **vendredi 4 janvier 2008** consacrée à l'élection présidentielle en Géorgie, posaient la question des instabilités politiques récurrentes dans le pays. Notre émission du **jeudi 26 juin 2008** , diffusée à l'occasion du dernier sommet "Union européenne-Russie" s'intéressait à l'évolution des relations économiques entre ces deux entités. Notre émission du **lundi 3 mars 2008** abordait la question de savoir quelle politique étrangère était alors possible pour le nouveau président russe. Celle du **mercredi 12 mars 2008** s'intéressait à la politique pétrolière de la Russie à l'égard de son environnement proche. Dans notre émission du **mardi 6 novembre 2007** nous nous demandions ce que peut faire la Russie grâce à sa forte croissance soutenue. Enfin, le **3 décembre 2007** , nous interrogions Jean-Robert Raviot pour déterminer avec lui quel parlement russe pour quel pouvoir avec quel exécutif à terme ? Vous pouvez réécouter toutes ces émissions via le bouton "archives" ci-dessus et y consulter des cartes ainsi que des larges sélections d'ouvrages sur la Russie ou la Géorgie.
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......