LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'Ayatollah Ali Khamenei à l'Assemblée des experts

Iran. Législatives et élection du comité des experts : premiers enseignements.

8 min
À retrouver dans l'émission

L’Iran deviendra-t-il l’un des grands vainqueurs de la nouvelle situation régionale ? Sur quelle assise intérieure ? S’agissant des relations entre l’Iran et le monde extérieur, quelles sont les évolutions majeures ?

L'Ayatollah Ali Khamenei à l'Assemblée des experts
L'Ayatollah Ali Khamenei à l'Assemblée des experts Crédits : Handout . - Reuters

D’une part, Téhéran a renoncé à son programme nucléaire militaire. Ce qui lui a permis de voir levées les principales sanctions internationales, de trois types : celles des États-Unis, celles des Nations unies, celles de l’Union européenne (la France ayant été la plus intraitable en la matière, sans nul bénéfice).

D’autre part, l’Iran a été --au moins d’une façon théorique--réintroduit dans le golfe Arabo-Persique, toute sécurité dans la région étant hémiplégique sans lui.

Enfin, à cause de l’expansion puis de la lente réduction de l’État islamique, son voisin séoudien est clairement en déficit de puissance, écartelé qu’il est entre ses rapports historiquement duplices avec l’État islamique, son engagement minimal dans la coalition internationale contre l’État islamique, la constitution d’une imaginaire coalition islamique contre le terrorisme et l’enlisement militaire dans la guerre civile au Yémen.

Compte tenu de cette équation géopolitique, que représentent ces législatives ? Et comment comprendre les rapports de force au sein du régime ?                                       Th. G.

Des iraniennes juives votent à la synagogue
Des iraniennes juives votent à la synagogue Crédits : Photographer - Reuters

Les Iraniens se sont rués vers les urnes pour les deux élections. Les conservateurs obscurantistes, qui avaient pourtant éliminé, par le biais des Gardiens de la Constitution, la majorité des candidats réformateurs, semblent en mauvaise posture. Hachemi Rafsanjani, qui avait été trainé dans la boue et traité, en raison de son soutien à l’accord sur le nucléaire, de « valet des Britanniques » par l’actuel président de l’Assemblée, Mohamed Yazdi, obtient deux fois plus de voix que son adversaire. Il arrive largement en tête avec Hassan Rohani. Treize femmes viennent de se faire élire et elles sont toutes du camp réformiste, du mouvement qui veut modifier le statut de la femme. Elles portent un grand espoir : leur volonté de changer les lois discriminatrices. 

A Téhéran, cela fait déjà quelques mois que des concepteurs anonymes ont mis à la disposition des Iraniennes une application leur permettant d'échapper au regard et aux contrôles de la police de la morale, chargée notamment de surveiller la bonne tenue vestimentaire des femmesGarshad fonctionne sur la participation citoyenne, chaque utilisateur étant appelé à signaler la présence des patrouilles en direct sur son téléphone. « On a vu sur les réseaux sociaux des images et des vidéos où l'on voit des femmes se faire battre et traîner dans la rue par la police. D'où l'idée de créer Garshad pour lutter contre ces privations de liberté, sans prendre de risques», expliquent les promoteurs de l'application.

En 2014, près de trois millions de personnes avaient reçu des avertissements officiels, 18 000 ont été poursuivies en justice et plus de 200 000 ont été contraintes d‘écrire des promesses de repentance.

Intervenants
  • professeur émérite à l’Institut de hautes études internationales et du développement de Genève
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......