LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dans les rues d'Ahvaz, des enfants exhibent les portraits des hommes victimes de l'attentat terroriste survenu samedi pendant les festivités qui commémoraient la paix entre l'Iran et l'Iark

Iran : qui veut déstabiliser le régime ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Menaces de l’Etat Islamique contre l’Iran hier : après le mitraillage d’un défilé militaire samedi qui a tué 24 personnes à Ahvaz, plusieurs groupes armés arabes ont été évoqués et Téhéran a accusé ses voisins de "complot". Désormais la piste de l'EI se confirme.

Dans les rues d'Ahvaz, des enfants exhibent les portraits des hommes victimes de l'attentat terroriste survenu samedi pendant les festivités qui commémoraient la paix entre l'Iran et l'Iark
Dans les rues d'Ahvaz, des enfants exhibent les portraits des hommes victimes de l'attentat terroriste survenu samedi pendant les festivités qui commémoraient la paix entre l'Iran et l'Iark Crédits : ATTA KENARE - AFP

Depuis une dizaine d’années, les tempêtes de sables s’accroissent et ont des conséquences écologiques désastreuses : l’eau n’est pas bonne, l’air qu’on respire n’est pas bon. Les gens ont des revendications pour simplement leur droit à respirer, leur droit à boire de l’eau potable. Et le mécontentement est très grand, dans cette province très riche en pétrole : il y a un sentiment d’injustice puisque la rente pétrolière est contrôlée par Téhéran.           Clément Therme

Si le message audio du porte-parole de l’EI Abdulhassan al Mujaher est avéré, le groupe serait maintenant responsable des deux attaques les plus meurtrières en 8 ans en Iran : 5 hommes armés ont tiré samedi sur un défilé militaire en plein centre ville, après l'assaut en 2017 contre le Parlement et le Mausolée de l'Ayatollah Khomeiny à Téhéran l’année dernière. L’EI avait déjà menacé l’Iran pour son action en Syrie, ce serait donc une confirmation de la menace.

Des questions restent quand même en suspens puisque dès samedi un deuxième groupe appelé "Résistance Nationale d'Ahvaz" revendiquait l'attaque depuis une chaîne de télévision basée à Londres ; les ambassadeurs britannique, néérlandais et danois ont été convoqués pour se voir reprocher d'abriter des membres de cette organisation. D’autres  groupes séparatistes arabes en Iran ont été évoqués, deux d'entre eux ont nié leur implication. Téhéran a aussi accusé d'implication (dans l'entraînement et la formation) l'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et les Etats Unis, ce qu’évidemment tous nient. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Etat Islamique ou non, complot ou non, cette attaque directe contre le régime et les Gardiens de la Révolution (qui défilaient) est aussi une alerte quant à la stabilité d'une région - le Khouzestan - riche en pétrole, en proie à une colère sociale chronique à cause de la mainmise économique, chômage, crise écologique – de manière assez similaire à Bassora en Irak tout proche. Des manifestations en avril ont aussi exprimé la frustration politique d’une population aux 1/3 Arabe en territoire Perse et qui se dit minorée.

Dans une stratégie non-dite de la perspective d’un changement de régime, il y a cette idée qu’on pourrai diviser l’Iran selon les minorités ethniques.  Cette région était déjà au cœur du conflit avec Saddam Hussein ; elle est appelée l’Arabestan par les Arabes et des chaînes d’information émettent en langue arabe pour convaincre la population à se soulever. Mais le nationalisme iranien transcende ces différences ethniques et reste beaucoup plus fort : en grande majorité,  les Arabes de cette province parlent le Persan.                          Clément Therme

Le coup est violent, mais le régime ne semble cependant pas déstabilisé : depuis ce week-end, l’Ayatollah Khamenei, le président Rohani et les Gardiens de la Révolution sont sur la même ligne en menaçant les responsables des représailles les plus sévères, "terribles" et "inoubliables". Au spectacle macabre du terrorisme, les dirigeants iraniens opposent une rhétorique non moins dantesque.  Quant à l'enquête, pour l'instant, 22 personnes ont été arrêtées en Iran. 

Evolution de l'inflation en Iran et des prix de la nourriture dans les grandes villes du pays
Evolution de l'inflation en Iran et des prix de la nourriture dans les grandes villes du pays Crédits : THOMAS SAINT-CRICQ, JEAN MICHEL CORNU - AFP

Clément Therme @ThermeClement      

Intervenants
  • chercheur associé à l'Institut universitaire européen de Florence
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......