LE DIRECT
1er février 1979 : l'Ayatollah Ruhollah Khomeini débarque à Téhéran, après l'exil politique que lui avait accordé la France. Le 3/12/1979, il deviendra le "Guide de la Révolution Islamique", jusqu'à sa mort en 1989

Manifestations en Iran, quelles conséquences sur la politique étrangère du pays?

11 min
À retrouver dans l'émission

Il y a une semaine en Iran, des mouvements de contestation éclataient dans l’Est du pays protestant contre la corruption et la vie chère.

1er février 1979 : l'Ayatollah Ruhollah Khomeini débarque à Téhéran, après l'exil politique que lui avait accordé la France. Le 3/12/1979, il deviendra le "Guide de la Révolution Islamique", jusqu'à sa mort en 1989
1er février 1979 : l'Ayatollah Ruhollah Khomeini débarque à Téhéran, après l'exil politique que lui avait accordé la France. Le 3/12/1979, il deviendra le "Guide de la Révolution Islamique", jusqu'à sa mort en 1989 Crédits : GABRIEL DUVAL - AFP

Des manifestations ont eu lieu dans une quarantaine de villes, déclenchant une répression sévère. 21 personnes sont mortes et des centaines ont été arrêtées. Le chef des gardiens de la Révolution vient de déclarer que la « sédition » était terminée.

L'Ayatollah Ali Khamenei a accusé mardi les "ennemis de l'Iran" d’être à l’origine  des manifestations. L’Iran s’est même plaint auprès du Conseil de  sécurité de l’ONU de l’ingérence des Etats-Unis dans ses affaires intérieures. 

Ces crispations pourraient-elles compromettre l’avenir de l’accord sur le nucléaire iranien, déjà fragilisé par les critiques américaines ? La diplomatie française a-t-elle une carte à jouer ?

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

Il y a seulement un mois, le magazine Le monde en face diffusait ce documentaire montrant les réelles évolutions récentes de la société iranienne:

Le magazine Geopolitis fait le même constat dès le printemps dernier. L’Iran est désormais un acteur incontournable dans un Moyen-Orient en pleine recomposition. Avec son allié russe et son voisin turc, la République islamique entendait pouvoir tirer un maximum de bénéfices de l’accord historique signé en 2015, sous l'impulsion de Barack Obama, qui avait outrepassé le blocage voulu par l'Arabie Saoudite et Hillary Clinton:

La propagande officielle iranienne nous apporte son interprétation de la crise sociale qui a soudainement explosé dans les derniers jours de 2017. La chaîne PRESS TV rappelle que le 13 octobre 2017 Donald Trump dévoilait une nouvelle stratégie destinée à contrôler la puissance croissante de l'Iran dans les domaines balistique et économique, annonçant qu’il ne certifierait pas l’accord nucléaire iranien signé en 2015 par l’administration Obama:

Et voici les analyses et réactions qu'expriment et relatent les medias officiels en Turquie, au Qatar, aux Etats-Unis et en Israël:

Intervenants
  • diplomate, analyste politique, ancien ambassadeur de France à Budapest (1993-1997) puis à Téhéran de 2001 à 2005
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......