LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Yanis Varoufakis et Benoit Hamon, en conférence de presse à Naples samedi

La Gauche européenne sera-t-elle condamnée au clivage Nord-Sud ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Pour "une Europe démocratique, écologique, égalitaire et ambitieuse" : ce sont les termes de cet "appel de Naples" lancé samedi. La gauche radicale européenne veut lancer une campagne transnationale pour les élections européennes de 2019.

Yanis Varoufakis et Benoit Hamon, en conférence de presse à Naples samedi
Yanis Varoufakis et Benoit Hamon, en conférence de presse à Naples samedi Crédits : PAOLO MANZO / NURPHOTO - AFP

Anti-système, et pro-européenne : la stratégie peut-elle fonctionner à gauche ?  

Six partis de Pologne, Danemark, Italie, Portugal, Grèce, Allemagne et France signataire, 7 autres observateurs ; et un couple moteur Yanis Varoufakis – Benoît Hamon : c’est la base de la relance de la gauche radicale en Europe pour 2019.  

Ces partis ou mouvements sont divers, entre dissidents de gauche et nouvelles formations citoyennes ; la plupart très minoritaires et parfois encore non élus dans leurs parlements respectifs.  

Mais ils estiment pouvoir saisir une opportunité pour les élections européennes de mai 2019, dans un contexte où dans 15 pays de l’Union la Social-Démocratie s’affaiblit. Ils veulent aussi capter un certain enthousiasme sur le thème du combat contre l’establishment, tout en restant résolument pro-européen. C’est une stratégie originale délicate pour les gauches radicales.

Les difficultés sont nombreuses : d’autres partis « anti-système » occupent le terrain (MS5, En Marche), l’UE a refusé les listes transnationales sur laquelle comptait le mouvement, et la lutte se manifeste pour l’instant surtout par une bataille verbale dans la presse entre Yanis Varoufakis et Pierre Moscovici... avec en arrière-plan la présidence du Parlement Européen.

En outre, les enjeux nationaux et européens sont mêlés et interdépendants : 6 parlements seront renouvelés en UE l’année prochaine, dans 4 élections, des partis de l’Appel de Naples se présenteront. Pour l’instant, seul l’Alternative au Danemark a passé la barre de la représentation.

Une chose est sûre, l’objectif et l’adversaire sont dessinés : une "Europe Zombie" qui avance dans une "impasse libérale". 2019 sera une année intensément européenne : sera-t-elle radicalement à gauche ?  

@TEnjeux @XXMonde

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bibliographie

Intervenants
  • Professeur de Science politique à l’Université libre de Bruxelles (ULB), co-auteur notamment de l’ouvrage « Les partis politiques en Belgique », ed. de l’Université de Bruxelles.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......