LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Militaires algériens à la retraite lors d'une manifestation anti gouvernement à Alger, en décembre 2019

L’Algérie va-t-elle changer de doctrine militaire ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Soumise le 1er novembre prochain à référendum, la nouvelle Constitution algérienne a été votée récemment par le Parlement. Parmi les nouvelles dispositions qui font débat : l'armée pourra désormais opérer hors des frontières algériennes. Pourquoi? Entretien avec la chercheuse Farida Souiah.

Militaires algériens à la retraite lors d'une manifestation anti gouvernement à Alger, en décembre 2019
Militaires algériens à la retraite lors d'une manifestation anti gouvernement à Alger, en décembre 2019 Crédits : RYAD KRAMDI - AFP

Une réforme constitutionnelle pour l’Algérie : c’était l’une des promesses du président Abdelmadjid Tebboune, lors de son élection en décembre dernier après la chute d’Abdelaziz Bouteflika. Une manière de faire un geste de bonne volonté vis-à-vis du Hirak, le mouvement populaire pacifique né quelques mois plus tôt, pour exiger des changements politiques profonds.

Le nouveau texte constitutionnel sera soumis à référendum le 1er novembre prochain; on en connaît déjà les dispositions, puisque l’avant-projet a été soumis récemment au vote du Parlement.

Contraints de se mettre en pause pendant la crise sanitaire, les militants du Hirak relèvent déjà que leurs doléances n’ont pas été entendues.

Et parmi les articles qui font débat, celui-ci qui concerne l’armée algérienne : elle pourra désormais opérer en-dehors de ses frontières. Pourquoi cet article pose-t-il question? Ses détracteurs le disent spécialement conçu pour ménager au nouveau pouvoir algérien le soutien de la France.

Si l'armée algérienne a été jusque-là circonscrite à l'intérieur des frontières, cela tient d'abord à l'histoire coloniale et à la décolonisation. C'est un pays qui a souffert de l'impérialisme et qui, par la suite, s'est pleinement engagé dans le mouvement des non-alignés. La deuxième, c'est que l'Algérie étant très jalouse de ce qui se passe sur son territoire, et de sa politique, elle applique cette même doctrine, à l'égard de l'extérieur. Enfin, elle veut jouer un certain rôle sur la scène internationale et plus spécifiquement sur la scène régionale. Elle veut se présenter plutôt comme médiateur, comme arbitre et, à cet égard, se présenter comme un pays qui n'intervient pas directement par des opérations militaires.        Farida Souiah

Intervenants
  • politiste, chercheuse associée au LAMES (Laboratoire méditerranéen de sociologie), université Aix-Marseille.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......