LE DIRECT
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a annoncé sa démission pour raisons de santé le 28 août dernier. Ici à Tokyo en 2019

Après Shinzo Abe, quelle stratégie de sécurité pour le Japon?

11 min
À retrouver dans l'émission

L'article 9 de la Constitution japonaise stipule que le pays "renonce à jamais à la guerre". Dans un contexte de tensions grandissantes avec la Chine, le Premier ministre Shinzo Abe, qui vient de démissionner, plaidait pour une réforme du texte . Entretien avec la chercheuse Guibourg Delamotte.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a annoncé sa démission pour raisons de santé le 28 août dernier. Ici à Tokyo en 2019
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a annoncé sa démission pour raisons de santé le 28 août dernier. Ici à Tokyo en 2019 Crédits : Behrouz MEHRI - AFP

Shinzo Abe a annoncé vendredi qu'il démissionnait de ses fonctions pour raisons de santé, un an avant la fin prévue de son mandat. Au Japon, les Premiers ministres restent rarement plus de deux ou trois ans en poste; lui s'est maintenu pendant huit ans sans interruption, un record de longévité. 

Shinzo Abe comptait mettre à profit les quelques mois qui lui restaient au poste de Premier ministre pour réviser la Constitution, qu’il jugeait « trop pacifiste » puisqu’elle stipule que le Japon « renonce à jamais à la guerre »… il faut rappeler qu’elle a été rédigée juste après la défaite de 45, et quasiment dictée par l’occupant américain…

A l’heure où le Japon voit Américains et Chinois se défier à coups de tirs de missiles balistiques ou d’avions-espions en mer de Chine méridionale, la Corée du Nord tirer des projectiles en direction de la mer du Japon, Tokyo va-t-il revoir et ses dogmes en matière de défense, et ses alliances ?

Le Japon dispose de ce que l'on appelle Forces d'autodéfense, qui sont, de fait, une armée. Une armée qui est même compétente, très bien armée, moderne, dont le budget est plus important aujourd'hui que celui de la France. Elle est équipée de sous-marins qui ne sont pas nucléaires, d'avions de combat performants. Il y a par ailleurs une force de police et des gardes côtes. C'est une armée, mais on l'appelle force d'auto-défense parce qu'on est dans cette situation de déni. Précisément, l'un des objectifs d'Abe Shinzo, c'était de faire une révision de la Constitution a minima pour insérer l'existence des forces d'autodéfense dans la Constitution et normaliser leur situation.  Guibourg Delamotte

Intervenants
  • Maitre de conférence à l’Inalco, chercheuse à l’IFRAE, enseignante à Sciences Po Paris
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......