LE DIRECT
 Boris Johnson, ministre britannique des Affaires étrangères (Foreign Secretary) et Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Alliance Atlantique, avant hier au siège de l'OTAN à Bruxelles

Affaire Skripal : la "nouvelle guerre froide" est-elle un leurre?

10 min
À retrouver dans l'émission

« Faire le nécessaire pour empêcher une nouvelle guerre froide avec la Russie », « risque de guerre froide » : en Allemagne ou en Russie, l’affaire Skripal alimente la rhétorique de l’affrontement Est-Ouest. Cette mise en scène de la guerre froide ne est-elle un leurre ?

 Boris Johnson, ministre britannique des Affaires étrangères (Foreign Secretary) et Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Alliance Atlantique, avant hier au siège de l'OTAN à Bruxelles
Boris Johnson, ministre britannique des Affaires étrangères (Foreign Secretary) et Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Alliance Atlantique, avant hier au siège de l'OTAN à Bruxelles Crédits : DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY - AFP

Même si les Etats n’envoient pas forcément leur premier niveau pour entretenir la rhétorique conflictuelle, elle reste vive depuis l’empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille le 4 mars à Salisbury. Après la réaction très ferme de Londres qui a rompu ses relations diplomatiques avec Moscou, la moitié des membres de l’Union Européenne et les Etats-Unis ont à leur tour décidé d’expulser des diplomates russes  en début de semaine : ces mesures touchent pour l’instant 117 personnes, mais aussi toutes leurs familles. L’OTAN a expulsé sept diplomates lundi, la Belgique s’est résolu à en renvoyer un, la Pologne et la Hongrie doivent aussi participer : chacun à son échelle veut contribuer  à la démonstration d’unité transatlantique, en «totale solidarité»  avec le Royaume-Uni comme l’affirmait l’UE il y a 10 jours, au lendemain de l’élection de Vladimir Poutine. 

Pour la Russie, cette affaire qui a surgi en fin de campagne présidentielle touche à un des piliers du pouvoir, au côté de l’armée : les services de renseignement, GRU et FSB. Les révélations et tensions concernant les agents russes à l’étranger se sont multipliées ces dernières années : que ce soit à cause d’assassinats (Alexander Litvinenko à  Londres), ou par des arrestations (Anna Chapman). En 2010, la Russie et les Etats-Unis avaient déjà procédé à un échange de personnels « illégaux » sur le tarmac de l’aéroport de Vienne.

Enfin, ces tensions – et leur mise en scène – interviennent aussi après un discours remarqué du président Poutine début mars à la Douma, mélange assumé d’annonces militaires spectaculaires et de discours de paix et de bonne volonté. Pour l’instant, la réaction du Kremlin (qui nie les accusations) reste mesurée : il n’a répliqué qu’envers le Royaume-Uni, par l’expulsion de diplomates et la fermeture de la représentation du British Council à Moscou. 

S’agit-il  d’une nouvelle démonstration de « Culturisme géopolitique » dit Thomas  Gomart ? Si l’affaire Skripal est aussi une opportunité diplomatique,  la rhétorique de guerre froide est-elle pour autant un leurre ?

@TEnjeux @XXMonde 

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui:

Quelques analyses de télévisions ouest-européennes:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Et quelques analyses des télévisions publiques russes:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste des politiques de sécurité et de défense russes.
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......