LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Panneau indiquant "pas de frontière dure". Photo prise en octobre 2019 à Newry près de la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande.

La loi sur le marché intérieur de Boris Johnson, vue depuis l'Irlande du Nord

11 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec la chercheuse Agnès Maillot, à Dublin (Irlande du Sud).

Panneau indiquant "pas de frontière dure". Photo prise en octobre 2019 à Newry près de la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande.
Panneau indiquant "pas de frontière dure". Photo prise en octobre 2019 à Newry près de la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. Crédits : PAUL FAITH - AFP

Cette loi que les députés britanniques ont examinée cette semaine le "projet de loi sur le marché intérieur", qui prévoit de revenir sur le protocole nord-irlandais pourtant signé il y a moins d’un an par Londres et par Bruxelles dans le cadre de l’accord de retrait du Brexit.

Que disait ce protocole ?

Que l’Irlande du nord allait bénéficier au sein du Royaume-Uni d’un statut spécial…. Moyennant quoi, la frontière douanière ne serait pas entre les deux Irlande - rappelons que l’Irlande du sud est indépendante donc reste européenne -… mais entre l’Irlande du nord et la Grande-Bretagne… d’une part pour éviter que ne réapparaisse une frontière physique entre les deux Irlande, préjudiciable à la paix négociée en 1998…, d’autre part pour éviter aussi qu’une absence de frontière en dur entre la République d’Irlande, et l’Irlande du nord, permette à la Grande-Bretagne de contourner les contraintes douanières (liées au Brexit) sur une marchandise qui entrerait en République d’Irlande, pour se retrouver sur le continent britannique via un passage par l’Irlande du nord…  

On a beaucoup dit que le rétropédalage de Boris Johnson enfreint le droit international…. Mais il remet aussi en cause certains accords signés entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du nord.

L'idée que défend Boris Johnson est que le protocole sur l'Irlande du Nord l'année dernière avec Bruxelles, va affaiblir l'Union; que les parties constituantes du Royaume-Uni ne devraient pas être traitées différemment. Il pense que cela va poser des questions sur le terrain en Irlande du Nord, puisque les unionistes et les plus radicaux vont s'opposer à ce nouveau statut de l'Irlande du Nord. Mais l'argument inverse est vrai aussi, puisqu'il y a ceux qui disent leur crainte de voir une frontière, quelle qu'elle soit, être à nouveau en place entre les deux Irlande. Et ça, ça affecterait la stabilité de l'Irlande du Nord.  C'est une paix fragile que la moindre étincelle pourrait déstabiliser.         Agnès Maillot

La crise sanitaire a révélé certaines absurdités : l'Irlande du Nord et l'Irlande de la République d'Irlande ne prenaient pas les mêmes mesures en même temps. Or, l'Irlande est une île et les questions que posent cette insularité sont pressantes: en République d'Irlande, on peut restreindre les mouvements internationaux alors qu'on ne le peut pas avec l'Irlande du Nord. Ceux qui arrivent en République d'Irlande sont soumis à une quarantaine, mais pas ceux qui arrivent de l'Irlande du Nord. Donc, on peut parfaitement arriver de Grande-Bretagne en Irlande du Nord, puis passer en République et ne pas faire de quatorzaine. Tout cela pose une question de bon sens. Est ce qu'il ne faudrait pas arriver à au moins coordonner de façon plus efficiente les mesures qui sont prises des deux côtés de l'île? Et donc, pour certains, cela repose la question de la réunification.        Agnès Maillot

Intervenants
  • Professeure à l’Université de Dublin (Dublin City University)
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......