LE DIRECT
Des manifestants tenant des drapeaux et des pancartes lors d'un rassemblement organisé par le mouvement pro-européen "Pulse of Europe" le 5 mai 2019 sur la place Gendarmenmarkt à Berlin.

Elections européennes : une bataille des souverainismes ?

9 min
À retrouver dans l'émission

751 députés seront élus au Parlement européen, après la confirmation hier de la participation des Britanniques. Au Royaume-Uni comme en France et en Italie, les listes eurosceptiques ou populistes sont données en tête à égalité avec les partis traditionnels. L'heure est aux alliances nouvelles.

Des manifestants tenant des drapeaux et des pancartes lors d'un rassemblement organisé par le mouvement pro-européen "Pulse of Europe" le 5 mai 2019 sur la place Gendarmenmarkt à Berlin.
Des manifestants tenant des drapeaux et des pancartes lors d'un rassemblement organisé par le mouvement pro-européen "Pulse of Europe" le 5 mai 2019 sur la place Gendarmenmarkt à Berlin. Crédits : ODD ANDERSEN / AFP - AFP

«Je suis convaincu que l’Europe a besoin d’une alliance de partis anti-immigration». A moins d'un mois des élections européennes, Viktor Orban s'affiche bras dessus bras dessous avec le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini, “la personne la plus importante d’Europe”. Son parti Fidesz suspendu par la droite européenne, le Premier ministre hongrois pourrait rejoindre le camp des nationalistes-populistes en vue de former une coalition post-électorale. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Une campagne peu dynamique et une montée des eurosceptiques quasi certaine

Les partis politiques traditionnels ont de quoi s'inquiéter : selon les dernières projections de sièges publiées par le Parlement européen, les deux grands partis, les conservateurs et les sociaux-démocrates, devraient perdre chacun 37 sièges.

A l'inverse, les eurosceptiques pourraient obtenir 173 sièges, un score qui devrait augmenter nettement le poids des trois groupes qui incarnent l'europhobie au sein de l'UE, à savoir le CRE (Conservateurs et réformistes européens), l'ELDD (Europe de la liberté et de la démocratie directe) et l'ENL (Europe des Nations et des Libertés). 

Les deux grands partis, le centre-droit et les sociaux-démocrates, n'auront vraisemblablement plus la majorité. Cela veut dire que ces deux groupes ne pourront plus trouver des compromis sur les nominations et l'adoption des grandes politiques de l'Union Européenne, il faudra composer davantage avec les autres groupes politiques et les stratégies d'alliances seront beaucoup plus compliquées qu'elles ne l'ont été jusqu'à présent." Christian Lequesne

Au Royaume-Uni, le vice-Premier ministre David Lidington a confirmé que les élections européennes auront bien lieu même en cas d'accord sur le Brexit le 23 mai. « Idéalement, nous voudrions que les députés européens n’aient jamais à siéger » a-t-il souligné. Le Parlement européen doit siéger pour la première fois le 2 juillet.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......