LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Donald Trump a donné son feu vert au processus de transition vers l'administration Biden ce lundi, mais il entend poursuivre la bataille juridique pour contester les résultats de l’élection.

Les transitions présidentielles américaines : petites perfidies et peaux de banane

10 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec Anne Deysine, spécialiste des questions politiques et juridiques aux Etats-Unis, professeur à l'université Paris Nanterre.

Donald Trump a donné son feu vert au processus de transition vers l'administration Biden ce lundi, mais il entend poursuivre la bataille juridique pour contester les résultats de l’élection.
Donald Trump a donné son feu vert au processus de transition vers l'administration Biden ce lundi, mais il entend poursuivre la bataille juridique pour contester les résultats de l’élection. Crédits : MANDEL NGAN - AFP

Donald Trump a donné hier son feu vert hier au processus de transition vers l’administration Biden : il fallait pour cela laisser la place libre à la tête des services généraux de l’administration américaine, qui jouent un rôle très important dans le passage de témoin d’une équipe présidentielle à l’autre.

Donald Trump l’a donc fait hier en remerciant l’administratrice actuelle et en lui demandant de « faire ce qui doit être fait en ce qui concerne les protocoles », invitation quelque peu sibylline à commencer la transition - tout en continuant à contester les résultats de l’élection, et en affirmant poursuivre la bataille sur le plan juridique.

Que peut-il se passer dans les neuf semaines qui restent à Joe Biden avant son investiture officielle ?

Le processus de passation de pouvoir a commencé et cela aurait été impossible tant que la petite dame à la tête des services généraux de l'Administration n'avait pas reconnu que Joe Biden a gagné. Ce qui est intéressant, c'est que cette responsabilité lui incombe, et non pas Trump qui, acculé à devoir l'admettre, a fait comme s'il en avait donné l'ordre. Non. C'est elle qui a fini par le faire parce que le Michigan a certifié les élections, etc. Dans sa lettre qu'elle envoie à Biden, elle dit quelque chose de très intéressant, à savoir que lors d'une élection si contestée comme cette année, cela paraît curieux que ce soit... elle, petite bureaucrate (dit-elle) qui s'occupe des marchés publics et de finance, qui prenne cette décision. C'est vrai que d'habitude, comme tout repose sur le fair-play, le problème ne se pose pas.          Anne Deysine

Bibliographie

Intervenants
  • professeure émérite de droit et de civilisation américaine à l’Université Paris-Nanterre
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......