LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le prince héritier saoudien participe au premier sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), composée de 57 membres, dans la ville sainte saoudienne de La Mecque le 1er juin 2019.

Pays du Golfe : unis dans la rivalité ?

11 min
À retrouver dans l'émission

L’unité a été difficile à obtenir pour l'Arabie Saoudite lors des 3 sommets Arabes et du Golfe il y a une semaine. L'Emir du Qatar était absent, 2 ans après la rupture diplomatique, comme le turc Erdogan. Pas d'unanimité non plus quant à la condamnation de l'Iran par l'OCI, l'Irak s'est abstenu.

Le prince héritier saoudien participe au premier sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), composée de 57 membres, dans la ville sainte saoudienne de La Mecque le 1er juin 2019.
Le prince héritier saoudien participe au premier sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), composée de 57 membres, dans la ville sainte saoudienne de La Mecque le 1er juin 2019. Crédits : BANDAR ALDANDANI - AFP

Les 20 et 31 mai derniers, le roi Salmane d'Arabie saoudite a organisé trois sommets à la Mecque pour tenter de construire un front uni face à son grand rival chiite, l'Iran, en réaction à la montée des tensions dans la région : la réunion du Conseil de coopération du Golfe (CCG), celle de la Ligue arabe, suivis par un sommet de l'Organisation de la conférence islamique (OIC). 

Un front commun anti-Iran

Si ce triple sommet avait pour ambition principale de former un font commun anti-Iran, il est aussi l'occasion pour Riyad de redorer son blason, mis à mal depuis quelques temps, notamment après l'affaire Khashoggi, et de renforcer son rôle de puissance régionale. Lors de ces rencontres, où 57 chefs d'États étaient présents, le prince héritier a multiplié les accusations contre Téhéran : ingérences dans les affaires de la région, accusation de sabotage de navires dans le Golfe, menaces contre l'approvisionnement en pétrole du marché mondial... Tels sont les griefs évoqués par Mohammed Ben Salman, à la tête d’un royaume sunnite, envers son rival chiite.

"Même si l'Arabie saoudite a réussi à faire adhérer l'ensemble des membres de la Ligue arabe et de la CCG au communiqué final, dans les faits, force est de constater que certains membres - comme l'Irak ou le Qatar - n'ont pas approuvé cette déclaration." - Karim Sader

Dans le communiqué final publié à l’issue de leurs travaux, les membres du CCG ont exprimé leur solidarité avec l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis - touchés à la mi-mai par des attaques - et ont appelé l’Iran à cesser d’interférer dans les affaires de la région. Si le royaume a obtenu le soutien quasi unanime des chefs présents, dans les faits, les communiqués issus du sommet ne font pas l'unanimité. 

En effet, les efforts de Riyad pour acculer Téhéran, ont été confrontés aux avis divergents du Qatar notamment. Il est vrai que ce dernier est en conflit ouvert avec Riyad et Abou Dhabi depuis deux ans, qui l’accusent de sa proximité avec Téhéran. En juin 2017, l'Arabie Saoudite, l'Egypte, le Bahreïn et les Émirats arabes unis ont en effet rompus leurs relations avec Doha. S'en est suivi un mise sous embargo diplomatique et économique...

Alors, quelle unité pour la région du Golfe ? Et qui, quelles solutions pour apaiser les tensions qui fragilisent la région ? 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • politologue et consultant, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe et professeur à l'université St Joseph de Beyrouth.
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......