LE DIRECT
Au siège du FPÖ, les militants célèbrent la perspective d'une coaltion de gouvernement, dès l'annonce des premiers sondages de sortie des urnes,

Autriche. Après la victoire des conservateurs aux législatives, Vienne est-elle plus à droite et aussi plus à l'Est?

10 min
À retrouver dans l'émission

Ce qui était prédit de ces législatives est donc en partie vérifié : le conservateur Sebastian Kurz va devenir à 31 ans Chancelier d’Autriche, le plus jeune dirigeant européen ; et de nouveau l'extrême-droite pourrait entrer au gouvernement.

Au siège du FPÖ, les militants célèbrent la perspective d'une coaltion de gouvernement, dès l'annonce des premiers sondages de sortie des urnes,
Au siège du FPÖ, les militants célèbrent la perspective d'une coaltion de gouvernement, dès l'annonce des premiers sondages de sortie des urnes, Crédits : Michael Dalder - Reuters

Se pose la question de la future coalition : avec 31,7 % des voix le score de l’ÖVP (Österreichische Volkspartei) conservateur est une confirmation de l’engouement suscité par son nouveau leader cette année, de la sûre réinstallation de l’extrême droite FPÖ (Parti de la Liberté) dans le paysage politique autrichien et européen (26 %) ; et ces élections montrent aussi une bonne résistance du SPÖ social-démocrate qui prend la deuxième place à 27 %. Certains voyaient possible une alliance ÖVP-FPÖ, sur le modèle du dernier gouvernement Merkel. Les négociations seront donc plus ouvertes.

Vient ensuite la question de l’orientation internationale du pays : avec un ÖVP de plus en plus ferme sur les questions migratoires, proche en ce sens du bloc Hongrois et Polonais, et une extrême droite plus lissée que le FPÖ de Jorg Haider mais toujours eurosceptique, anti-islam et pro-Poutine – elle voudrait se rapprocher du groupe de Visegrad dans une Europe gagnée par un renforcement nationaliste.

Dirigeant d’un pays de 8,7 millions d'habitants, petit mais prospère, et très exposé à l’arrivée des migrants par les Balkans, Sebastian Kurz a une double nécessité : incarner en Autriche une ligne ferme. Et garantir l’ouverture aux yeux de l'Europe et du monde.

"Maintenant. Ou jamais" était le slogan principal de la campagne électorale menée par le candidat conservateur Sebastian Kurz
"Maintenant. Ou jamais" était le slogan principal de la campagne électorale menée par le candidat conservateur Sebastian Kurz Crédits : mitmachen.sebastian-kurz.at

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

La rédaction de la chaîne arte s'est rendue dans un petit village montagnard de l'état régional de Niederösterreich pour nous proposer une synthèse éclairée des forces en présence :

L'Autriche (8,5 millions d'habitants) est l'un des trois pays les plus riches de l'Union européenne. Son taux de PIB par habitant la situ directement derrière le Luxembourg et l'Irlande :

Sur Euronews, retour sur la victoire du seul président écologiste de l'histoire européenne. Et c'est bien en Autriche que cela se passe :

Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle de 2016, certains analystes s'étaient étonnés du score du parti d'extrême droite le FPÖ. Ils étaient venu en débattre sur la plateau de la chaîne parlementaire Public Sénat, avant le second tour que perdra finalement le candidat :

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......