LE DIRECT
 L'actuel président du Kirghizistan (Kyrgyzstan, Кыргызстан, Qırğız Respublikası, Кыргыз Республикасы, Кыргызстан, Kyrgyzskaïa Respoublika, Кыргызская Респ) Almazbek Atambayev et Vladimir Poutine se rencontrent plusieurs fois par an

Kirghizstan. « So far so good » : Une première transition pacifique pour une démocratie de façade?

10 min
À retrouver dans l'émission

Le Kirghizstan a vécu dimanche dernier sa première transition pacifique sans heurt lors de l’élection présidentielle...

 L'actuel président du Kirghizistan (Kyrgyzstan, Кыргызстан, Qırğız Respublikası, Кыргыз Республикасы, Кыргызстан, Kyrgyzskaïa Respoublika, Кыргызская Респ) Almazbek Atambayev et Vladimir Poutine se rencontrent plusieurs fois par an
L'actuel président du Kirghizistan (Kyrgyzstan, Кыргызстан, Qırğız Respublikası, Кыргыз Республикасы, Кыргызстан, Kyrgyzskaïa Respoublika, Кыргызская Респ) Almazbek Atambayev et Vladimir Poutine se rencontrent plusieurs fois par an Crédits : Sergey Guneev / Sputnik - AFP

La seconde plus petite, moins peuplée, et la plus à l'Est des cinq anciennes Républiques Socialiste d'Asie Centrale est aussi réputée être le pays le plus démocratique du groupe.

En apparence?

Du point de vue du fonctionnement politique, le Kirghizstan tend à se distinguer des Républiques environnantes : Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan. Alors que les mandats de leurs présidents rallongent avec les scrutins, ceux du Kirghizstan passent et, pour la première fois lors d’une transition, pacifiquement.

Le pari était ambitieux tant la stabilité du pays est incertaine : deux présidents renversés depuis 2005 et une explosion de violence politico-ethnique en 2010 qui a visé la minorité Ouzbèque (40 % de la population, principalement dans la région d’Och au Sud).

De plus, le développement des institutions démocratiques réel de ces dernières années n’efface pas la corruption politique, l’emprise des mafias et le risque djihadiste – non négligeable en Asie Centrale.

Certains craignaient de nouvelles violences à la suite de ces élections : finalement c’est le candidat soutenu par le pouvoir Soroonbaï Jebeenkov qui a été élu à 55 % dès le premier tour, le principal opposant Babanov a reconnu sa défaite et appelé au calme. «So far so good» disait le président sortant Atambaïev en 2015.

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

Pour nous replacer dans le contexte géopolitique kirghize, la rédaction de la BBC faisait, il y a 2 ans, une synthèse fort utile sur ses relations avec les Etats-Unis de Barack Obama :

Mais, depuis, les média occidentaux ne portent plus guère attention sur le devenir de ces grandes républiques caucasiennes. La chaîne qatari Al Jazeera, elle, y jette régulièrement un coup d’œil avisé. Le pays est en effet très majoritairement sunnite, tout en laissant encore une place importante au soufisme et au chamanisme. Et les idées laïques y prévalent souvent face aux idéologies strictement religieuses :

Il en est de même pour la chaîne turque TRT, qui nous éclaire ici de son point de vue sur ce pays avec lequel il partage la même langue turque :

Mais, heureusement, la chaîne paneuropéenne euronews reporte brièvement sur le contexte électoral du pays... pour la simple ,raison que la chaîne y fait partie du paysage audiovisuel local :

Petite infographie animée, qui tente de résumer histoire et géographie du pays, au sein de l'ensemble caucasien post-soviétique :

Sur arte, le Dessous des cartes s'était plutôt intéressé à son voisin immédiat :

Intervenants
  • ancien officier et diplomate, chercheur à l’IRIS
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......