LE DIRECT
Fayez al-Sarraj, l'actuel Premier ministre établi à Tripoli (ouest du pays), était reçu à Paris en compagnie d'un ensemble d'autres représentants libyens et d'émissaires africains et arabes

Libye : la France est-elle trop pressée ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Des élections générales le 10 décembre en Libye : c’est l’accord obtenu par Emmanuel Macron mercredi à Paris des acteurs libyens dominants. Mais la légitimité de l’accord pose question, et 8 mois suffiront-ils pour préparer la sortie de 8 ans de conflit et de divisions ?

Fayez al-Sarraj, l'actuel Premier ministre établi à Tripoli (ouest du pays), était reçu à Paris en compagnie d'un ensemble d'autres représentants libyens et d'émissaires africains et arabes
Fayez al-Sarraj, l'actuel Premier ministre établi à Tripoli (ouest du pays), était reçu à Paris en compagnie d'un ensemble d'autres représentants libyens et d'émissaires africains et arabes Crédits : ETIENNE LAURENT / POOL - AFP

Pour Emmanuel Macron, cet accord « historique » marque une « étape clef pour la réconciliation » des différentes factions libyennes. Après 8 ans de conflit à la fin de l’année, la perspective d’élections présidentielle et législatives pourrait amener la Libye à une normalisation politique et à une cessation des combats. Il faudra cependant passer la première échéance : l’adoption des lois électorales le 16 septembre, qui se confrontera à des difficultés juridiques mais surtout politiques :

Un 1er accord parrainé par l’ONU avait été signé en 2015 à Skhirat au Maroc, alors que la Libye était sous la pression de l’Etat Islamique ; mais depuis c’est la guerre des légitimités: l’opposition du gouvernement civil à l’Ouest et de l’Armée de Libération Nationale du Maréchal Haftar à l’Est, l’imbroglio des milices (Zintane, Misrata, Syrte, Brigades de Défense de Benghazi…), des communautés (Amazigh, Toubou) et de l’ingérence étrangère.  

Cette fois, bien que l’accord de mercredi n’ait pas été signé, la présence d’une vingtaine d’organisations régionales et pays voisins doit selon l’Elysée en garantir la légitimité.: «On a un calendrier, une procédure et l’engagement des partis de prendre dans les délais la loi qui permettra d’agir… On est sorti d’un blocage collectif paralysant nourri par les divisions intra-libyennes, divisions régionales, de la communauté internationale…» a déclaré le président français qui pousse depuis son élection pour un règlement rapide.

Un premier accord entre les deux forces dominantes avait été conclu à la Celle Saint-Cloud en juillet 2017 ; mais depuis les combats ont repris, le Général Haftar a déclaré en décembre dernier l’accord de Skhirat caduque et a lancé au début du mois de mai une offensive sans détail contre la ville de Derna. De plus dans l’accord de mercredi, il n’est plus question de placer l’ANL sous autorité civile, mais « d’unifier les institutions militaires et de sécurité » : autrement dit, c'st Haftar qui conserve l’autorité sur son armée !

Cette fois Paris veut aller vite. Mais en recherchant le consensus maximal le plus rapidement, la France risque de court-circuiter le processus onusien qui prévoit une reconstruction politique par consensus local le plus large (c’est l’enjeu de la Conférence Nationale, fondée sur les 106 mairies de Libye, dont la prochaine étape aura lieu en juillet). Quelle que soit la puissance militaire ou les soutiens internationaux mis en avant aujourd’hui, l’enjeu des prochaines années reste de convaincre l’acteur essentiel mis en avant : le peuple libyen, qu’un nouvel Etat serait bien le leur. Qui écrira l’histoire libyenne ? 

@TEnjeux @XXMonde

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les morts recensés sur le pourtour méditerranéen depuis 2014 et jusqu'à cet hiver, selon le projet Missing Migrants de l'OIM
Les morts recensés sur le pourtour méditerranéen depuis 2014 et jusqu'à cet hiver, selon le projet Missing Migrants de l'OIM Crédits : SOPHIE RAMIS, THOMAS SAINT-CRICQ, PAZ PIZARRO - AFP
Contrôle des territoires en Libye
Contrôle des territoires en Libye Crédits : SOPHIE RAMIS, THOMAS SAINT-CRICQ - AFP
Intervenants
  • Ancien diplomate français à Tripoli , auteur de "Au coeur de la Libye de Kadhafi ", contributeur régulier du Monde diplomatique et du site Orient XXI
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......