LE DIRECT

Moldavie. En marge de la présidentielle prévue, les particularités remarquables d’un pays européen oublié

12 min
À retrouver dans l'émission

Moldavie - Gargouzie
Moldavie - Gargouzie

Il y a deux jours, après deux ans d’impasse politique et au moins sept tentatives pour élire un président, la cour constitutionnelle de Moldavie a proposé d’organiser un référendum fin avril.

Quoi qu’il en soit des errements de la classe politique, la Moldavie doit susciter notre intérêt, ne fût-ce que parce que ce territoire a été balloté par l’histoire.

Pour des raisons internes , d’abord : son peuplement, la « zone grise » qu’elle représente, ses trafics mafieux. Pour des raisons géopolitiques , ensuite : c’est un pays enclavé, coincé entre la Roumanie et l’Ukraine et non souverain sur l’entièreté de son territoire.

En effet, la province quasi sécessionniste de Transnistrie est sous le giron de la Russie depuis une vingtaine d’années, même si le nouveau président autoproclamé, Evguéni Chevtchouk, a battu en décembre le candidat de Moscou, tout en faisant aussitôt allégeance à la Russie.

Pour des raisons continentales , enfin : la Moldavie (que la Roumanie ne revendique pas) est liée à l’Union européenne par la Politique européenne de voisinage, et l’on dit à Bruxelles que c’est un bon élève.

Quels sont ses dossiers prioritaires, quels sont ses atouts et ses handicaps majeurs ? Quel jeu russe ?

Nicolas Trifon est spécialiste de la Moldavie

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......