LE DIRECT
Luigi Di Maio (M5S, Movimento Cinque Stelle) & Matteo Salvini (la Legua)

MS5 et droite italienne: au-delà de l'alliance tactique, quelle(s) couleur(s) pour l'Italie? 

10 min
À retrouver dans l'émission

Alors qu’ils semblaient sur le point de conclure un accord de gouvernement, les deux principaux partis italiens victorieux des législatives en Italie veulent un délai supplémentaire. Ce coup de théâtre n’est qu’un épisode d’un feuilleton bien chargé depuis 70 jours.

Luigi Di Maio (M5S, Movimento Cinque Stelle) & Matteo Salvini (la Legua)
Luigi Di Maio (M5S, Movimento Cinque Stelle) & Matteo Salvini (la Legua) Crédits : Tiziana FABI - AFP - AFP

La première coalition eurosceptique et anti-système en Europe reste pour l’instant virtuelle. 

«Nous écrivons l’histoire et nous avons besoin d’un peu de temps», a commenté hier soir le leader du MS5 Luigi di Maio. Après 10 semaines et 4 tours de négociations (dont un avec le Centre Gauche), l’accord qui semblait imminent avec la Ligue souverainiste s’éloigne et aucun nom n’a été proposé au Président pour le poste de Président du Conseil. Di Maio évoque «des distances sur le programme»…  

Après avoir balayé les formations institutionnelles dans les urnes, cette potentielle coalition MS5 – Droite dure doit d’abord résoudre plusieurs équations délicates : 

Sur le plan institutionnel, il faut un programme de rupture, et un Président du Conseil de consensus, qui convienne également au Président de la République Sergio Matarella, qui doit le valider. 

Sur le plan politique, il faut un programme commun tenable, malgré des  conditions a priori difficilement compatibles : la Ligue veut une baisse importante des impôts, le MS5 un revenu universel, mais ces deux promesses électorales doivent aussi coïncider avec un budget dans les normes tolérées par l’UE. Cette dernière condition a été rappelée par Sergio Matarella la semaine sous forme d’ultimatum aux deux formations, avec la menace d’un gouvernement technocratique pour préparer un budget faute d’accord. 

Sur le plan Européen, les institutions veulent éviter un «glissement» de l’Italie dans le camp eurosceptique : elle est la 3ème  économie européenne et un gouvernement antisystème serait inédit pour un des 6 Etats fondateurs de l’UE ; par ailleurs Emmanuel Macron avait fait de l’Italie un pilier de sa relance européenne, les deux présidences annonçaient même en janvier un «traité du Quirinal» sur le modèle du traité de l’Elysée.   

Mais pour l’instant, le feuilleton des négociations domine : après  l’ultimatum du président la semaine dernière, Silvio Berlusconi s’est retiré de la future coalition – exigence du MS5 – et les deux formations avaient annoncé un accord sur un futur premier ministre politiquement  «neutre». Mais sans Forza Italia de Silvio Berlusconi, le MS5 se retrouve largement dominant face à la Ligue de Matteo Salvini (32 % contre 17 % des voix) et peut poser ses exigences. 

Pour l’instant l’Italie reste sans gouvernement : un scénario déjà vécu en Espagne et en Allemagne ; cette fois la suite du récit hésite entre l’hypothèse d’élections anticipées et celle d’une ligne souverainiste dure.

Lundi soir, Luigi Di Maio se voulait optimiste et rassurant : il parlait d’«une journée très productive». La déclaration de Matteo Salvini (qui avait déjà fait une allusion à la Marche sur Rome de Mussolini, en avril dernier) résonnait plutôt comme une menace : «Risque politique très  élevé, rendement faible». 

chambre des députés et sénat, par partis en sièges
chambre des députés et sénat, par partis en sièges Crédits : Vincent LEFAI, Jean Michel CORNU - AFP
Carte des résultats par circonscription pour la Chambre des députés et le Sénat
Carte des résultats par circonscription pour la Chambre des députés et le Sénat Crédits : Kun TIAN, Thomas SAINT-CRICQ - AFP

@TEnjeux @XXMonde

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

 grandes dates de la carrière politique de Matteo Renzi, Paolo Gentiloni, Luigi Di Maio, Silvio Berlusconi, Matteo Salvini
grandes dates de la carrière politique de Matteo Renzi, Paolo Gentiloni, Luigi Di Maio, Silvio Berlusconi, Matteo Salvini Crédits : Vincent LEFAI, Sabrina BLANCHARD - AFP
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......