LE DIRECT
DITES-LE AVEC DES FLEURS  ! Un vieil homme manifestait sa joie au printemps dernier, lors de l'élection du nouveau maire de Katmandou, Bidya Sundar Shakya

Népal. Fin d’une année électorale historique : à qui profitera la stabilisation ?

11 min
À retrouver dans l'émission

Avec la dernière phase des élections locales et provinciales aujourd’hui, le Népal poursuit un processus historique. Ces élections locales (qui doivent être suivies d'élections générales avant janvier prochain) sont les premières depuis 20 ans.

DITES-LE AVEC DES FLEURS  ! Un vieil homme manifestait sa joie au printemps dernier, lors de l'élection du nouveau maire de Katmandou, Bidya Sundar Shakya
DITES-LE AVEC DES FLEURS ! Un vieil homme manifestait sa joie au printemps dernier, lors de l'élection du nouveau maire de Katmandou, Bidya Sundar Shakya Crédits : Narayan Maharjan / NurPhoto - AFP

C’est une transition rugueuse pour cette jeune République après plus de deux siècles de monarchie... et une guerre civile il y a 10 ans. Cette république fédérale reste encore toujours agitée. Malgré une nouvelle constitution, des révoltes ont eu lieu en 2015.

Globalement, le Népal est instable : c’est un état de 29 millions d’habitants qui comprend une centaine d'ethnies, dont certaines dans le Sud se plaignent d’être marginalisées. La vie politique et sociale est marquée par l’instabilité gouvernementale au gré des alliances entre les trois grands partis historiques (Congrès Népalais, Maoïste et Marxiste-Léniniste), la corruption, la pauvreté et le trafic humain. Le violent séisme de 2015 a favorisé l’extension de ce phénomène.

Le pays, déjà fragile, est aussi géographiquement enclavé dans une zone stratégique, tampon entre l'Inde et la Chine. Ses relations ont évolué ces deux dernières années. A l’occasion des troubles au Sud, le Népal a « glissé » vers la Chine... Peut-on parler de stabilisation, de « normalisation » politique, et à qui finalement profitera-t-elle ?

8 vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui:

France 24 fait le point sur le "nouveau" Népal, né en 2011 à l'époque du départ des troupes de l'ONU. Elles avaient ramené la paix après une guerre civile qui avait causé la mort de plus de 13.000 personnes :

La chaîne de la réalisatrice Anne Greffe diffuse ce documentaire de 90 minutes qu'elle a réalisé autour de quelques thématiques spécifiques : les enfants des rues, le tourisme, l'hygiène et environnement, le vécu des homosexuels et transgenres, le trafic des jeunes filles et des jeunes garçons, la santé, les artistes engagés...

En 2001, la rédaction de la chaîne Antenne 2 faisait le récit de l'assassinat du roi BIRENDRA et de la reine du Népal, abattus par le prince héritier, qui avait ensuite retourné l'arme contre lui :

Al Jazeera diffuse un reportage sur le premier népalais à avoir rejoint la liste Forbes des milliardaires de la planète :

Euronews témoigne des quelques 500 népalais et népalaises qui ont défilé le mois dernier à Katmandou pour l'annuelle gay pride. Le Népal est l'un des pays d'Asie du sud qui a voté les lois les plus progressistes concernant l'homosexualité, alors que l'immense majorité d'entre eux se retrouve encore forcée de vivre dans l'ombre de la société, sinon dans une certaine "clandestinité" :

De même, c'est une femme qui est présidente de la république népalaise. Ex-ministre de la Défense et vice-présidente du Parti communiste du Népal (marxiste-léniniste unifié), Bidhya Bhandari a été élue par la parlement, à la faveur de la promulgation d'une nouvelle constitution :

Les chaînes de l'ONU et Planète Enfants donnent un tout autre éclairage sur le destin des jeunes filles et des jeunes garçons népalais :

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......