LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Trump a reproché à l'organisation de pays producteurs de pétrole « d'arnaquer le reste du monde ». « Je n'aime pas cela. Personne ne devrait aimer cela », a-t-il martelé.

Pétrole : l’accord OPEP est-il (politiquement) tenable ?

10 min
À retrouver dans l'émission

« Arnaquer le reste du monde », c’est ce que Donald Trump reproche à l’OPEP pour obtenir une baisse des prix pétroliers mondiaux. Jusqu’ici, l'accord conclu entre 24 pays en 2016 pour limiter la production résiste, les prix sont au plus haut. Les pressions américaines pourraient-elle le fragiliser?

Trump a reproché à l'organisation de pays producteurs de pétrole « d'arnaquer le reste du monde ». « Je n'aime pas cela. Personne ne devrait aimer cela », a-t-il martelé.
Trump a reproché à l'organisation de pays producteurs de pétrole « d'arnaquer le reste du monde ». « Je n'aime pas cela. Personne ne devrait aimer cela », a-t-il martelé. Crédits : Dominique BERBAIN - Getty

Certains pays producteurs ont un gros  besoin de cash immédiat, mais d’autres ne sont pas favorables à  des prix trop élevés : ils pensent que ça risque de détruire le marché en accélérant la conversion  des consommateurs vers d’autres énergies et de susciter des productions concurrentes.         Philippe Copinschi

Preuve de la résistance de l'accord : la décision des ministres du comité de suivi de l'OPEP réunis à Alger le weekend dernier de n'augmenter les prix qu'au "moment opportun", sorte de réponse au twitt de Donald Trump la semaine dernière qui exigeait une baisse des prix. Dans la stratégie américaine, la baisse des prix affaiblirait encore les revenus de l'Iran à 70 % issus du pétrole et menacé d'embargo par Washington à partir du 4 novembre. 

Pour l'instant l’accord "OPEP " conclu en 2016 entre le cartel et 10 autres pays non-membres de l'OPEP pour limiter la production fonctionne. Hier les cours atteignaient des sommets inédits depuis quatre ans pour le Brent (plus de 81 $ le baril à Londres), depuis juillet pour le WTI (plus de 71 $ le baril à NY).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'accord résiste mais l’OPEP se retrouve sous la pression : Economique d'une part, puisque la demande mondiale atteint aussi un plus haut avec 100 millions de Bpj et les capacités de réserve des producteurs ne sont pas connues (même si l'Arabie Saoudite et les Emirats ont affirmé avoir de la réserve). Politique ensuite : Donald Trump accuse l’OPEP, menace Téhéran et plaidait hier à l'ONU pour que ses alliés arrêtent leurs achats de pétrole iranien. Veut-il d'abord "isoler" l'Iran ou détourner une partie des acheteurs vers la production américaine de pétrole de schiste ? La stratégie américaine n'est pas tout à fait claire, mais déjà ses partenaires asiatiques (Corée du Sud, Inde, Japon) réduisent leurs importations depuis le début de l'été.  

_Donald Trump est dans une problématique à très court terme : l’élection à mi-mandat et le prix à  la pompe est un problème pour ses électeurs.  Mais aux Etats-Unis il y a aussi une très grosse industrie pétrolière qui a besoin que le prix du pétrole soit suffisamment élevé pour être rentable. Et cette industrie est surtout concentrée dans les Etats qui votent pour le parti Républicain !               _Philippe Copinschi

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Entre satisfaire son parrain ou rassurer le marché, l’Arabie Saoudite, pilier de l’OPEP, est prise en étau. Elle a jusqu'ici opéré un rapprochement avec la Russie, mis de côté son différend avec l'Iran, réussi à juguler les désaccords entre petits et gros producteurs ; mais devant les incertitudes économiques et géopolitiques, l’alliance OPEP pourrait-elle être fragilisée ? 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

capacités totales de production et recommandations de l'Opep.
capacités totales de production et recommandations de l'Opep. Crédits : SIMON MALFATTO, SABRINA BLANCHARD - AFP

Retour sur info - l'OPEP, le Qatar et le prix du pétrole à l'automne 1973 :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Philippe Copinschi is an expert on international and African energy issues (sur la page de Sciences Po Paris)

Intervenants
  • consultant sur les questions pétrolières internationales et chargé d'enseignement à Sciences Po Paris.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......