LE DIRECT
Des manifestants iraniens brûlent l'effigie du président américain placé sur d'énormes copies d'images de billets de banque en dollars américains lors d'une manifestation devant l'ambassade américaine de Téhéran, le 4 novembre 2018.

"Pression maximale" sur Téhéran : quel est le calcul de Trump ?

11 min
À retrouver dans l'émission

"Porter à 0 les exportations" de pétrole iranien : c'est ce que vise Donald Trump en menaçant de sanctions les pays qui en achèteraient à partir du 2 mai. Ce 2ème train de sanctions depuis 2018 vise à donner un "choix" à Téhéran : l'étranglement économique, ou un nouvel accord sur le nucléaire.

Des manifestants iraniens brûlent l'effigie du président américain placé sur d'énormes copies d'images de billets de banque en dollars américains lors d'une manifestation devant l'ambassade américaine de Téhéran, le 4 novembre 2018.
Des manifestants iraniens brûlent l'effigie du président américain placé sur d'énormes copies d'images de billets de banque en dollars américains lors d'une manifestation devant l'ambassade américaine de Téhéran, le 4 novembre 2018. Crédits : ATTA KENARE / AFP - AFP

Grâce à sa campagne de "pression maximale", Donald Trump entend dominer l'Iran le plus durement possible. Le président a sanctionné une nouvelle fois la République islamique en voulant "priver le régime de sa principale source de revenus", à savoir le pétrole. Cela met donc fin aux dérogations permettant encore à huit pays, la Chine, l'Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l'Italie et la Grèce, d'importer du brut iranien à partir du 2 mai. Cette annonce a provoqué une hausse de 3% du prix du brut, le plus haut niveau atteint cette année.

Cette décision de Washington est la suite logique d'une série de sanctions américaines réinstaurée par l'administration Trump le 6 août 2018, elle-même déclenchée par le retrait américain de l'accord international sur le nucléaire iranien le 8 mai 2018. Lancé en 2015, cet accord prévoyait que Téhéran briderait son programme nucléaire en échange d'un allègement des sanctions économiques internationales qui le visaient. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Une "pression maximale" pour forcer l'embargo contre l'Iran

Les Etats-Unis "s'asseoient" sur le droit international puisque c'est un accord signé par six pays, dont l'Iran, validé par une résolution des Nations Unies dont ils sortent sans raison. Donc ils sont en dehors du droit international, ils appliquent une politique extra-territoriale. Thierry Coville

Comme le prédisait Mike Pompeo en mai 2018, Washington a choisi "les sanctions les plus fortes de l'Histoire" contre l'Iran, sa bête noire car allié du régime de Bachar al-Assad et des rebelles Houthis dans la conflit au Yémen. Peu après le retrait unilatéral des Etats-Unis de l'accord de 2015, le chef de la diplomatie américaine avait énuméré douze conditions draconiennes pour conclure "un nouvel accord" avec l'Iran. 

Parmi les points les plus marquants, ce dernier doit cesser la prolifération de missiles balistiques et le développement de missiles à capacité nucléaire, il doit également se retirer de la Syrie, du Yémen et cesser de soutenir les "groupes terroristes" tels que le Hezbollah ou les talibans afghans. 

Un an plus tard, la République islamique est toujours signataire de l'accord de 2015 et voit la stratégie américaine comme du "terrorisme économique" qui pousserait son pays à changer de régime. Sur la scène internationale, la Chine, l'Inde et la Turquie contestent le diktat américain qui exige d'eux un arrêt des relations commerciales avec le régime d'Hassan Rohani. Mais l'économie iranienne est déjà en mauvaise santé depuis deux ans, la récession affaiblit progressivement le pays qui devrait voir son PIB chuter de 3,6% cette année selon le FMI.

Écouter
1 min
Ecoutez l'analyse de Thierry Coville sur les mesures possibles du gouvernement Rohani pour améliorer la situation économique en Iran

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......