LE DIRECT
A Gaza mi-décembre 2017, des femmes manifestent en soutien au jihad

Que reste-t-il du jihad religieux dans les jihadismes contemporains?

11 min
À retrouver dans l'émission

Il y a trois ans une vague d'attentats inédite touchait la France, revendiqués pour les premiers par le groupe jihadiste Al Qaeda dans la Péninsule Arabique. Aujourd'hui vingt ans après la première fatwa d’Oussama Ben Laden appelant à un « Jihad Global », le mouvement s’est étoffé

A Gaza mi-décembre 2017, des femmes manifestent en soutien au jihad
A Gaza mi-décembre 2017, des femmes manifestent en soutien au jihad Crédits : MAJDI FATHI / NURPHOTO - AFP

L’EI (et ses groupes affiliés) est apparu, et si le Califat irako-syrien est annoncé comme étant défait par les pays de la région, l’idéologie subsiste…

Le livre Jihad : des origines religieuses à l’idéologie rappelle que le terme « jihadisme » est un néologisme formé dans les années 90. A travers 20 lieux communs, l’essai distingue entre le religieux et l'idéologie, entre la notion religieuse de jihad et l'ensemble des mouvements militants violents qui ont fini par former le jihadisme : deux séries qui ont leur histoire propre sur 14 siècles, se rejoignent au XXème siècle et culminent aujourd'hui. 

La confusion actuelle entre jihad et jihadisme est contre-productive en France. Elle a mené l'année dernière au signalement par un fonctionnaire de parents qui souhaitaient nommer leur enfant « Jihad », comme environ 800 personnes depuis 1970. Jihad était assimilé à « guerre sainte », son sens idéologique.

La question est plus profondément stratégique : pour combattre un mouvement qui tire une grande partie de sa puissance de l'usage qu'il fait de la notion, il faut comprendre pourquoi elle compte autant dans l’histoire et les esprits.

Or ce qui frappe d’abord, c’est que les groupes jihadistes ont construit une doctrine autoritaire et violente à partir d'une notion religieuse relativement mineure, et surtout plutôt ouverte ? Comment le sens du jihad a-t-il glissé d’un précepte de maîtrise des passions à un permis de massacrer chez un groupe comme l’Etat Islamique ?  

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

Cette infographie diffusé sur la chaîne CSIS (Center for Strategic & International Studies) synthétise en cartes et en images la diversité des groupes terroristes affiliés en Afrique à l'Etat Islamique:

Selon le Wall Street Journal, les forces spéciales françaises auraient transmis une liste de jihadistes français à leurs alliés irakiens. Des noms identifiés comme étant des cibles à abattre. Cette "kill list" existe-t-elle réellement ? Comment l'Etat français se débarrasse-t-elle discrètement de ses ennemis français ? De Paris à Mossoul, la chaîne France2 a enquêté sur une mission opaque, aux marges de la légalité : les assassinats ciblés. Le magazine Complément d'enquête a suivi les soldats irakiens:

Sur la chaîne France24, Wassim Nasr dresse le portrait du jihadiste français arrêté la semaine dernière par le gouvernement syrien:

Intervenants
  • Chercheuse associée à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (Iremam), Université d’Aix-Marseille
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......