LE DIRECT
La candidate Zuzana Caputova prononce un discours à Bratislava après avoir remporté les élections présidentielles, le 30 mars 2019.

Slovaquie : une activiste à la tête du pays ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Pour certains, c'est le choix de la "décence" en politique, pour d'autres la percée d'une outsider : avec 58% des voix la victoire de l'avocate libérale et militante anti-corruption Zuzana Caputova est un signal de moralisation politique face à un pouvoir miné par des affaires de corruption.

La candidate Zuzana Caputova prononce un discours à Bratislava après avoir remporté les élections présidentielles, le 30 mars 2019.
La candidate Zuzana Caputova prononce un discours à Bratislava après avoir remporté les élections présidentielles, le 30 mars 2019. Crédits : JOE KLAMAR / AFP - AFP

« Cherchons ce qui nous unit, plaçons la coopération au-dessus des intérêts personnels. » Zuzana Caputova a beau avoir battu son rival Maros Sefcovic, ancien vice-président de la Commission européenne, elle choisit le rassemblement en tant que présidente de la Slovaquie. 

Militante libérale, écologiste et pro-mariage pour tous, la candidate outsider incarnerait le changement pour un grand nombre de ses concitoyens. Son statut d'avocate anticorruption proeuropéenne lui donne une légitimité politique face à la gauche populiste au pouvoir, représentée par le parti Smer-SD. Mais l'ancienne vice-présidente du nouveau Parti progressiste a terminé sa campagne avec quatre gardes du corps

Face à la corruption systémique slovaque, Zuzana Caputova peut-elle bouleverser l'échiquier politique ? Son influence pourra-t-elle vraiment peser sur les élections législatives de 2020 ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La Slovaquie sur la route de la décence ?

Certes, son rôle de cheffe d'Etat est assez restreint mais sa victoire est loin de rassurer le parti social-démocrate Smer. La présidente slovaque sera la nouvelle garante des institutions de son pays et elle possédera le pouvoir de veto pour la nomination des nouveaux gouvernements et des juges à la cour constitutionnelle. Un outil idéal pour poursuivre la lutte contre la corruption au sein de la sphère politique et judiciaire.

"L'élection de Zuzana Caputova est certainement une très bonne nouvelle pour la Slovaquie parce que c'est une personnalité qui est, comme le président sortant, à même d'apaiser les choses et qui répond à l'aspiration de décence. Etienne Boisserie

En effet, la Slovaquie connaît une grave crise morale et politique depuis l'assassinat du journaliste d’investigation Jan Kuciak et de sa fiancée à leur domicile, en février 2018. Son enquête portait sur l'implication du gouvernement dans la mafia, la ‘Ndrangheta calabraise qui domine les réseaux hors de l'Italie. Ce drame avait provoqué la mobilisation de plus de 100 000 personnes pour une "Slovaquie décente" poussant ainsi la démission du Premier ministre Robert Fico, toujours chef du parti Smer-SD.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Écouter
34 sec
Suite au choc provoqué par l'assassinat de Jan Kuciak et de sa fiancée, la société civile slovaque a organisé l'initiative "Nous voulons croire" mobilisant non seulement les étudiants mais surtout les ONG.
Intervenants
  • Professeur d'histoire de l'Europe centrale et co-directeur du Centre de recherche Europe-Eurasie (CREE) à l'Inalco
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......