LE DIRECT
Le président soudanais Omar Hassan Ahmad al-Bashir, le mois dernier

Soudan et Soudan du Sud. Les évolutions internes et les relations réciproques.

8 min
À retrouver dans l'émission

Les Soudan constituent un cas d’école dans les relations internationales. Une nouvelle guerre civile vient de sévir au Soudan du Sud depuis deux ans.

Le président soudanais Omar Hassan Ahmad al-Bashir, le mois dernier
Le président soudanais Omar Hassan Ahmad al-Bashir, le mois dernier Crédits : Mohamed Nureldin Abdallah

Après un accord sur une éventuelle sécession patronné par les États-Unis en 2005, le Soudan du Sud s’est séparé du reste du Soudan en 2011. Le Soudan, 3,3 fois la France en superficie, a 41 millions d’habitants et accuse un taux de fécondité très élevé (5,2 enfants par femme en âge de procréer). Le Soudan du Sud, enclavé, est un peu plus grand que la France, a 12 millions d’habitants et un indice synthétique de fécondité de… 6,9 enfants.

Le Soudan a été traversé par des guerres civiles en accordéon depuis les années 60. Cette nouvelle guerre civile a causé 50 000 morts et, dit-on, 1,6 million de déplacés qui sont souvent abrités dans de très grands camps. Des « seigneurs de la guerre » tiennent encore des portions notables du territoire. Le facteur ethnique joue un rôle notable. Le président Salva Kiir représente l’ethnie Dinka ; l’ancien vice-président Riek Machar, redevenu en février dernier vice-président, représente l’ethnie Nuer. Un accord de paix a été signé en août dernier. Des élections devraient avoir lieu dans trente mois.     Th. G.

Un camp de réfugiés, il y a 12 ans déjà, dans la province du Darfour
Un camp de réfugiés, il y a 12 ans déjà, dans la province du Darfour Crédits : Reuters Photographer - Reuters

Hassan al-Tourabi, influente figure de l'opposition islamiste au Soudan, est décédé samedi, à 84 ans, des suites d'un infarctus. Il fut longtemps l'éminence grise du président Omar el-Béchir, avant d'en devenir un des plus farouches détracteurs.

La télévision d'Etat a interrompu ses programmes pour annoncer que "l'intellectuel musulman Hassan al-Tourabi était décédé". Elle a ensuite diffusé des versets du Coran. Il avait notamment été arrêté en janvier 2009, après avoir été le seul responsable politique soudanais à juger le président Béchir "politiquement coupable" de crimes au Darfour. Il avait soutenu les poursuites engagées par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais.

Une trentaine de journalistes, mais aussi des membres de la classe politique et de la société civile, ont lancé depuis le 1er mars une grève de la faim. Ils protestent contre la fermeture forcée, il y a trois mois, du quotidien El Tayar, qui couvre l'actualité politique du pays. Le rédacteur en chef du journal encourt actuellement la peine de mort pour avoir incité à provoquer un "printemps arabe" dans le pays. Il s'agit de la plus importante manifestation du genre au Soudan. « Nous avions commencé par des manifestations, puis une pétition a recueilli un million de signatures dans et en dehors du pays, explique Ismaïl Mergani, directeur du journal. Maintenant, avec cette grève de la faim, nous entendons faire entendre davantage notre voix et le cas de notre journal. Mais plus généralement, c'est sur la situation des libertés au Soudan que nous voulons alerter. Elle n'a jamais été aussi catastrophique.»

Pendant ce temps, le président soudanais Omar el-Béchir, bien que recherché par la justice internationale, a pu assister hier lundi à un sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à Jakarta. Le dirigeant soudanais est sous le coup de deux mandats d’arrêt de la Cour pénale internationale (le premier en 2009, le second en 2010) pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et génocide dans le conflit au Darfour, qui a fait plus de 300 000 morts. L’Indonésie n’étant pas signataire du Statut de Rome instituant la CPI, elle a fait valoir son droit à inviter le président soudanais sur son sol.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......