LE DIRECT
Les manifestants soudanais célèbrent la conclusion d'un accord avec le conseil militaire visant à mettre en place une période de transition de trois ans pour le transfert du pouvoir à une administration civile à part entière à Khartoum, 15 mai 2019

Soudan : la démocratie en dents de scie ?

9 min
À retrouver dans l'émission

9 blessés et les négociations entre civils et militaires suspendues : c'est le bilan de la journée d'hier, après l'annonce à l'aube d'un accord sur une transition démocratique. Après 5 mois de manifestations, les manifestants qui ont obtenu le départ d’Omar el Béchir auront-ils raison de l'armée?

Les manifestants soudanais célèbrent la conclusion d'un accord avec le conseil militaire visant à mettre en place une période de transition de trois ans pour le transfert du pouvoir à une administration civile à part entière à Khartoum, 15 mai 2019
Les manifestants soudanais célèbrent la conclusion d'un accord avec le conseil militaire visant à mettre en place une période de transition de trois ans pour le transfert du pouvoir à une administration civile à part entière à Khartoum, 15 mai 2019 Crédits : ASHRAF SHAZLY / AFP - AFP

"Nous avons discuté de la structure de l'autorité de transition et nous sommes tombés totalement d'accord", a annoncé le général Chams El Din Kabbachi, porte-parole du Conseil militaire de transition (CMT). Un mois après l'éviction d'Omar el-Béchir, l'opposition, menée par l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), et le CMT sont parvenus à un accord le 15 mai pour une période de transition démocratique de 3 ans avec l'aide de trois institutions : un conseil souverain, un cabinet et une assemblée législative. 

Une révolution populaire freinée par une crispation militaire

Néanmoins, cette avancée politique ne fait pas l'unanimité. Alors que les protestataires civils poursuivent leur mouvement pour maintenir la pression sur les militaires, des heurts violents se sont produits à Khartoum, tuant 5 civils et un militaire et blessant au moins 9 personnes. 

Le Conseil a fini par suspendre le dialogue pendant 72 heures à cause de la dégradation de la situation sécuritaire et souhaite faire démanteler les barrages routiers au sein de la capitale. Il dénonce une "escalade verbale" et "l'infiltration parmi les manifestants d'éléments armés responsables de tirs contre les forces de l'ordre".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Malgré l'exaspération affichée par l'armée, le sit-in de Khartoum est maintenu et l'ALC et les ambassades américaine et britannique ont critiqué ouvertement la Force de soutien rapide (RSF), pointée du doigt pour avoir tenté de démanteler les barricades par la force et d'être responsable des violences subies par les manifestants. 

Composée de miliciens également accusés d'exactions au Darfour par des groupes de défense des droits humains, la RSF fait partie de l'armée soudanaise et elle est commandée par le général Mohamad Hamdan Daglo, surnommé "Himeidti", le chef adjoint du Conseil militaire de transition. 

Écouter
1 min
Ecoutez les explications de Clément Deshayes sur la situation de l'armée dans la révolution soudanaise

Après les événements d'hier où les RSF ont à nouveau tiré sur la foule, il n'y a plus vraiment de doute que les ordres viennent du Conseil militaire. En revanche, on ne peut pas dire qui donne les ordres pour faire capoter ces accords. Il est sûr qu'il y a une stratégie de la part de certains acteurs militaires et armés au Soudan pour empêcher que les accords de paix aboutissent car ils limiteraient énormément le pouvoir des acteurs militaires et de la sécurité soudanaise. Clément Deshayes

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......