LE DIRECT
Manifestation anti-gouvernementale à Bucarest

Tensions et incertitude politiques en Roumanie : un risque de « détournement de l’euro-atlantisme » ?

11 min
À retrouver dans l'émission

Plus d'un mois de manifestations quasi-quotidiennes, moins d'un an après une large victoire aux législatives : c'est le bilan politique du gouvernement social-démocrate (PSD) en Roumanie.

Manifestation anti-gouvernementale à Bucarest
Manifestation anti-gouvernementale à Bucarest Crédits : DANIEL MIHAILESCU - AFP

Elu fin 2016, le gouvernement de Mihai Tudose a même du faire face à une année entière de contestation. Après des manifestations d’une ampleur inédite depuis celles de décembre 1989 et une deuxième mobilisation cet été, c’est la troisième fois que son projet de réforme de la justice se heurte à la population et à ce qui reste de l’opposition.

L’UE réclame depuis l’adhésion 2007 une amélioration de l’état de droit mais  la réforme poussée par le PSD est perçue comme une amnistie des délits politique, sur fonds d'affaires de corruption de haut niveau depuis des années. Le PSD au pouvoir depuis 25 ans est au cœur de ces scandales : les présidents du Parlement et du Sénat sont notamment poursuivis pour « abus de pouvoir ».  

Sans opposition politique forte, le ton s’envenime et la situation se tend dans la rue depuis novembre. Devant l’incertitude, les partenaires occidentaux (UE-USA-FMI) s'impatientent. La Roumanie, frontalière de  l'Ukraine, est aussi un « tigre européen » sur lequel ils misent pour un rapprochement commercial et pour renforcer la défense de l'OTAN face à  l’Est – l’installation d’un bouclier antimissile  est prévue d’ici 2020. 

Leurs  exhortations du Département d’Etat ou de la Commission Européenne restent sans succès jusqu’ici : que veulent les autorités roumaines et qui peut peser face à elles ?  

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

La corruption généralisée est un thème central de la vie politique roumaine. Les chaînes arte et France24 nous font le point :

Déjà l'hiver dernier, la population roumaine descendait nombreuse dans les rues, malgré le climat glacial, comme le rapportait la chaîne CGTN :

La chaîne RTBF s'est intéressée à un sujet disparu des radars médiatiques mais qui n'a pas été résolu par les gouvernements roumains : 

Et la rédaction de L'effet papillon, de son côté, est allé voir l'autre extrême de la société roumaine :

Intervenants
  • professeur de Sciences Politique à l’Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca et chercheur au Centre d’Etude de la Démocratie
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......