LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestants annonçant l'entrée en vigueur du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires, qui aura lieu le 22 janvier, ici le 10 janvier 2021 à New York.

Traité sur l’interdiction des armes nucléaires : l'aboutissement d'un combat... ou le début ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec Marc Finaud, ancien diplomate et professeur associé au Centre de Politique de Sécurité de Genève.

Manifestants annonçant l'entrée en vigueur du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires, qui aura lieu le 22 janvier, ici le 10 janvier 2021 à New York.
Manifestants annonçant l'entrée en vigueur du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires, qui aura lieu le 22 janvier, ici le 10 janvier 2021 à New York. Crédits : Erik McGregor/LightRocket - Getty

La passation de pouvoir hier entre Donald Trump et Joe Biden, à distance selon la volonté du premier, a donné des sueurs froides au personnel du Pentagone. Pour la première fois, ils ont dû prévoir deux valises avec les codes nucléaires : l’une pour Trump, l’une pour Biden. Dans la première les codes sont devenus caducs... au moment où dans la deuxième, étaient activés de nouveaux codes.

Je vous parlerais bien des passations de codes nucléaires en France et leurs déconvenues, que ce soit à la mort de Pompidou quand le président du Sénat Alain Poher chargé de récupérer les codes dans un petit médaillon, trouva le bijou… vide ! Ou quand François Mitterrand en 1981 mit les codes dans la poche de son veston avant d’envoyer le veston en question au pressing… Mais ce n’est pas le sujet.

Sauf à dire qu’il s’en faut parfois de peu pour qu’une erreur fatale soit commise… Voilà pourquoi nombreux sont aujourd’hui à dénoncer non pas seulement l’emploi des armes nucléaires, mais aussi leur possession.

Demain entrera donc en vigueur le Traité d'interdiction sur les armes nucléaires signé par 50 pays, dont aucun n'en possède...

Le Traité de non-prolifération de 1968 établissait le "privilège" de posséder des armes nucléaires aux pays qui avaient fait exploser des bombes avant janvier 1967. Évidemment, il était silencieux sur le droit de les employer, mais en échange, les pays qui avaient renoncé à cette arme se voyaient promettre le désarmement des puissances nucléaires. C'était une obligation dans le traité, l'article 6, de négocier en faveur de la cessation de la course aux armements nucléaires - alors qu'on est en plein dedans. C'est une course effrénée. Plus de 50 ans après l'entrée en vigueur du traité, il existe encore plus de 13 000 armes nucléaires capables de détruire la planète et l'humanité plusieurs fois.  Marc Finaud

Il y a une pression de l'opinion pour que les pays qui détiennent l'arme nucléaire participent à ce mouvement de désarmement mondial. Mais évidemment, les puissances nucléaires (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne) font pression en disant c'est incompatible avec le Traité de non-prolifération et avec l'Alliance transatlantique (Otan). Ce qui ne repose sur aucune base juridique puisque l'Alliance n'était pas une alliance nucléaire quand elle a été créée en 1949.      Marc Finaud

Ce qui est sûr, c'est qu'il y aura des effets indirects, même pour les Etats qui n'ont pas signé et ratifié le traité. Ceux qui en deviendront parties à partir de ce vendredi 22 janvier seront dans l'obligation de prendre des mesures internes, des mesures législatives et réglementaires qui interdiront toute coopération ou toute recherche en faveur des armes nucléaires, et donc qui pourront avoir un impact sur les pays ou les entreprises qui fabriquent ces armes. Les universités, les entreprises, les individus ne pourront pas collaborer avec des pays qui possèdent encore ces armes. Donc ceci, à terme, quand l'ensemble des pays appliqueront ces normes, pourra avoir un effet de pression en faveur du désarmement.       Marc Finaud

Intervenants
  • Marc Finaud, ancien diplomate français, professeur associé au Centre de Politique de Sécurité de Genève (GCSP) et membre du Bureau d’Initiatives pour le Désarmement nucléaire (IDN).
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......