LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Joe Biden, candidat démocrate aux élections présidentielles des Etats-Unis, le 15 septembre / Donald Trump, le 25 septembre

Trump vs Biden : deux visions des relations internationales, vraiment ?

11 min
À retrouver dans l'émission

Les questions internationales étaient exclues du premier débat télévisé d'hier entre Donald Trump et Joe Biden, mais les deux candidats ont déjà largement fait connaître, en étant au pouvoir, leur propre vision du monde et des relations diplomatiques. Entretien avec le chercheur Martin Quencez.

Joe Biden, candidat démocrate aux élections présidentielles des Etats-Unis, le 15 septembre / Donald Trump, le 25 septembre
Joe Biden, candidat démocrate aux élections présidentielles des Etats-Unis, le 15 septembre / Donald Trump, le 25 septembre Crédits : JIM WATSON, BRENDAN SMIALOWSKI - AFP

Le débat de cette nuit n’était pas centré sur les programmes de politique internationale des deux candidats...

Certes, Joe Biden a bien traité Donald Trump de « caniche » de Vladimir Poutine, et Trump de lui demander en retour pourquoi la femme du maire de Moscou avait donné 3 millions et demi de dollars à son fils, Hunter Biden… « C’est complètement faux », a répondu Joe Biden.

En termes d’analyse de l’état du monde et de semblant de programme pour y prendre part, on peut éventuellement faire mieux.

Le chercheur Martin Quencez revient sur les différences et les analogies dans la vision du monde des deux candidats, largement esquissée pour l'un en quatre années de mandat, pour l'autre en tant que vice-président de Barack Obama.

Si Joe Biden était élu, le Parti démocrate qui critique la politique américaine de sanctions va probablement se rendre compte que c'est l'outil préféré de l'administration américaine. Parce que c'est plus ou moins la seule chose qu'elle peut faire à partir du moment où elle refuse d'utiliser la force. Il y a cette idée qui a été promue par Bernie Sanders durant la campagne, d'utiliser davantage les sanctions pour la politique climatique. On verrait donc peut-être de nouvelles formes de sanctions pour défendre une cause proche des valeurs démocrates, mais qui utiliserait toujours cet outil du Trésor américain devenu en quelque sorte le bras armé de la diplomatie américaine. Il n'y aurait pas moins de sanctions, mais des sanctions d'un autre type.        Martin Quencez

Intervenants
  • chercheur au German Marshall Fund à Paris et chercheur associé au Conseil Européen des affaires étrangères
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......