LE DIRECT
.

Union européenne. Comment relancer sans bloc moteur ?

10 min
À retrouver dans l'émission

« Qu’ils gouvernent » a lancé hier Manuel Valls au sujet de la coalition "MS5/Ligue" alors que la crise politique en Italie risque de déboucher sur de nouvelles élections. Une certitude: dans un an les élections européennes auront renouvelé le parlement, peut-être à l’image de l’UE actuelle...

.
. Crédits : PHILIPPE HUGUEN - AFP

Si le Président Matarella avait voulu éviter le risque de rupture avec  l’UE en barrant la route à l’eurosceptique Paolo Savona en début de semaine, c’est raté : sa décision a provoqué la colère des formations MS5 et Lega qui ont dénoncé un diktat de l’Union Européenne. Inquiets de l’incertitude sur les finances italiennes, les Ministres des Affaires Etrangères européens avaient le même jour ouvertement appelé à «un gouvernement stable et pro-européen». Les déclarations du Commissaire Européen au budget (Oettinger) sur le  «signal» boursier envoyé aux électeurs après un décrochage boursier lundi soir a fini de braquer l’ensemble de la classe politique italienne.  

Non seulement, cette crise répète des situations vécues récemment en UE :   comme pour l’Allemagne il y a 8 mois, l’Espagne auparavant (et peut  être de nouveau), la poussée de nouvelles forces et l’affaiblissement  des partis traditionnels provoque en Italie un instabilité gouvernementale inédite ; comme pour l’Autriche, une coalition incluant l’extrême droite est portée au pouvoir. 

L’Italie était aussi un partenaire privilégié de la relance européenne souhaitée  par Emmanuel Macron – un des deux « axes » avec le couple franco-allemand : elle pourrait désormais rejoindre le « front »  eurosceptique qui s’est mis en place dans une partie de l’Union. 

Sans être complètement bouleversées, les alliances politiques deviennent  incertaine : d’un côté, se dessine une coopération entre fronts ou  ligues nationaux ou populiste : L’alliance Lega – MS5 en Italie,  conservateurs - extrême droite en Autriche, les coalitions autour de  partis dominants PiS en Pologne ou Fidesz en Hongrie, en somme l’UE des groupes (Visegrad, pays du Sud…). Une partie de ces  formations voudraient constituer un front eurosceptique au sein du  Conseil Européen et du Parlement. De l’autre, les axes qui ont structuré  l’UE historique sont affaiblis, particulièrement le «moteur» de l’UE,  la coopération entre ses membres fondateurs : l’axe franco-allemand, l’axe franco-italien et le Royaume-Uni. Depuis le vote sur le Brexit en 2016 et le Sommet Européen de Bratislava,  l’Europe hésite. 

Ces  nouveaux clivages et les problématiques transnationales qui les  provoquent (terrorisme, migrations, stabilité financière...) conduit les formations politiques européennes a placer le souci de souveraineté des Etats comme priorité. Face à ce qu’il identifiait comme une poussée «populiste» ou du moins souverainiste, Emmanuel Macron avait proposé dès 2016 de rétablir une «Europe de la souveraineté».  Se dirige-t-on vers une UE des fronts populistes contre une UE des  axes ? 

@TEnjeux @XXMonde

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • professeur de science politique à l'ESPOL (Université Catholique de Lille), également conseiller spécial de l'Institut Jacques Delors.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......