LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des manifestants antigouvernementaux s'affrontant avec les forces de sécurité dans les environs de la base militaire La Carlota à Caracas lors de la commémoration du 1er mai 2019.

Venezuela : la guerre des légitimités, une impasse ?

12 min
À retrouver dans l'émission

Juan Guaido veut une grève générale, après deux jours de manifestations violentes à Caracas, qui ont causé deux morts et des dizaines de blessés. Le président autoproclamé appelait hier à "la plus grande manifestation de l'histoire" à Caracas, pour destituer le président en poste Nicolas Maduro.

Des manifestants antigouvernementaux s'affrontant avec les forces de sécurité dans les environs de la base militaire La Carlota à Caracas lors de la commémoration du 1er mai 2019.
Des manifestants antigouvernementaux s'affrontant avec les forces de sécurité dans les environs de la base militaire La Carlota à Caracas lors de la commémoration du 1er mai 2019. Crédits : MATIAS DELACROIX / AFP - AFP

«Le 1er mai, tout le monde dans la rue !» «Ce sera la plus grande manifestation de l’histoire du Venezuela»  Juan Guaido a donc opté pour un nouveau bras de fer de manifestations en lançant la phase finale de l'opération "Liberté". Le 30 avril, le président intérimaire a voulu montrer que les Forces armées sont en train d'abandonner Nicolas Maduro via une vidéo dans laquelle il apparaît avec une douzaine de membres de la Garde nationale bolivarienne mais aussi avec Leopoldo Lopez, l'ancien leader de l'opposition. 

Aux abords de la base militaire de la Carlotta, dans l'est de Caracas, de violents heurts ont éclaté entre plusieurs milliers de manifestants pro-Guaido et les forces de l'ordre loyalistes, faisant 69 blessés. Les réactions internationales ont été immédiates, l'Union Européenne appelle à la "plus grande retenue" et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a exhorté "toutes les parties à éviter de recourir à la violence".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'opposition appelle à "rester dans les rues"

De son côté, Nicolas Maduro dénonce une "tentative de coup d'Etat" et affirme avoir le soutien de l'armée. Mais il reste difficile de savoir combien de militaires et de civils se sont détournés du dirigeant chaviste pour rejoindre Guaido.

La majeure partie des Vénézueliens sont avec Guaido, Maduro est extrêmement impopulaire. Il y avait eu des sondages il y a quelques temps et des mobilisations très importantes du côté de Caracas. Du côté de l'armée, c'est la même chose sauf que vous avez un cartel de généraux extrêmement bien payés qui sont totalement piégés par le système Maduro. François-Xavier Freland

Malgré le soulèvement militaire raté de mardi, la Fête du Travail fut quand même l'occasion pour des milliers de Vénézueliens de répondre à l'appel de Juan Guaido à la grève générale et à la poursuite des manifestations dans l'espoir de faire tomber le président en exercice. Mais les forces de l'ordre ont eu de nouvelles échaffourées avec les manifestants, une femme de 27 ans a été tuée d'une balle dans la tête pendant une mobilisation contre Maduro à Caracas.

Pour l'heure on décompte deux morts et plus de 100 blessés au cours de ces deux jours de confrontation. "On va continuer dans la rue jusqu'à obtenir la liberté" a assuré Juan Guaido devant ses partisans.

Écouter
1 min
Ecoutez l'analyse de François-Xavier Freland sur les allégations du conseiller américain John Bolton qui assure que le ministre de la Défense, le chef de la Garde nationale et le président de la Cour suprême se retourneraient contre Nicolas Maduro

Au sein de la communauté internationale, seules la Chine, la Russie et Cuba soutiennent Nicolas Maduro. Lors d'une réunion d'urgence, le groupe de Lima, composé de 13 pays latino-américains et du Canada, a demandé au successeur d'Hugo Chavez de quitter le pouvoir pour que la transition démocratique soit mise en oeuvre. A Washington, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a indiqué qu'une "intervention militaire (était) possible. Si c'est nécessaire, c'est ce que feront les Etats-Unis."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour en savoir plus, vous pouvez regarder le dernier documentaire de François-Xavier Freland, Les résistants, le combat des exilés vénézuéliens, diffusé sur Public Sénat.

Intervenants
  • reporter, journaliste indépendant, ancien correspondant à Caracas pour France 24 et RFI (2008-2012)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......