LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un bombardier de la sécurité civile répendant du retardateur de feu sur une forêt dans le Var le 20 août dernier.

La région PACA face au réchauffement climatique

13 min
À retrouver dans l'émission

Les évènements climatiques : extrêmes, méga incendies, inondations, épisodes méditerranéen... qui frappent de plus en plus fréquemment le sud de la France et la Provence sont autant de rappels des conséquences terribles du réchauffement climatique sur ce territoire particulièrement vulnérable.

Un bombardier de la sécurité civile répendant du retardateur de feu sur une forêt dans le Var le 20 août dernier.
Un bombardier de la sécurité civile répendant du retardateur de feu sur une forêt dans le Var le 20 août dernier. Crédits : Sylvain Thomas - AFP

Avec Antoine Nicault, écologue, paléoclimatologue et coordinateur du GREC-SUD. Le groupe régional d’experts sur le climat en région Sud  Provence-Alpes-Côte d’Azur (GREC-SUD) a vocation à centraliser,  transcrire et partager la connaissance scientifique sur le climat et le  changement climatique en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Conjoncture dangereuse

Pour Antoine Nicault, la fréquence des événements climatiques extrêmes va encore augmenter. Le feu dans le Var aurait brûlé 8000 hectares, un événement inédit depuis les années 1990.

Il y a plusieurs types d'événements extrêmes qui peuvent être amplifiés avec le changement climatique : les incendies, les méga-feux, les canicules, les vagues de submersion.

Bien que le facteur humain soit à l'origine de 90% des départs de feux, leur étendue est elle fortement conditionnée par le climat : 

Avec la forte augmentation des températures, aujourd'hui, on jette un mégot, et au lieu de brûler 20 mètres carrés on va brûler 7.000 hectares.  (..) C'est la situation climatique, la situation des forêts, l'aménagement du territoire ou encore la quantité de combustible qui vont faire l'intensité et la surface brûlée. 

Comment mitiger les effets du changement climatique ?

Augmenter la surface de forêts dans un climat sec, une fausse bonne idée ? Antoine Nicault :

Si on veut s'appuyer sur les forêts pour séquestrer les gaz à effet de serre, on a une variable d'ajustement au niveau de la neutralité carbone qui est très fragile, c'est-à-dire qui si on le séquestrer et que ça repart en fumée, on relargue le carbone.

Parmi les solutions, pour Antoine Nicault, des paysages en mosaïque : 

Au lieu d'avoir des surfaces de forêts très importantes, essayer d'introduire de l'hétérogénéité, notamment avec des parcelles agricoles qu'on pourrait remettre en fonction, mais aussi introduire des troupeaux à l'intérieur des forêts pour faire de l'agro-pastoralisme.

Intervenants
  • Ecologue - Paleoclimatologue. Coordinateur et animateur du GREC-SUD
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......