LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un chasseur à Hirsingue, Haut-Rhin, en novembre 2020

Ruralité : la chasse est ouverte

14 min
À retrouver dans l'émission

Depuis l'interdiction par le Conseil d'Etat de plusieurs techniques de chasse d'oiseaux, les chasseurs prévoient des rassemblements à travers la France. Les chasseurs, garants de la biodiversité ?

Un chasseur à Hirsingue, Haut-Rhin, en novembre 2020
Un chasseur à Hirsingue, Haut-Rhin, en novembre 2020 Crédits : Sébastien Bozon - AFP

A l'occasion de l'ouverture de la chasse ce 12 septembre, les chasseurs ont appelé à manifester contre l'interdiction de certaines méthodes de chasse traditionnelles d'oiseaux par le Conseil d'Etat en août. Ce samedi, de nombreux chasseurs sont attendus à Mont-de-Marsan, Amiens ou encore Caen.

Alors que les clivages politiques autour de la chasse se durcissent, la protection de la ruralité est brandie à l'encontre de celle de l'environnement. La chasse a-t-elle perdu son rôle de régulation des espèces ? 

Alors que le gouvernement souhaite faire marche arrière sur les interdictions prononcées par le Conseil d'Etat, comment interpréter les prises de position partisanes sur la chasse ? Christophe Baticle est socio-anthropologue et chercheur à l'université de Picardie Jules-Verne.

Du terrain de chasse au Conseil d'Etat

Les conflits autour de la chasse d'oiseaux sont anciens : la "directive oiseaux" des Communautés européennes, qui a réglementé les modes de capture et la sélectivité de certaines espèces date de 1979. Pour Christophe Baticle, l'appréciation juridique du litige pourra encore changer en fonction des éléments apportés aux juges : 

La messe n'est pas dite, il y aura certainement encore des rebondissements. Vous apportez des éléments supplémentaires qui peuvent effectivement faire pencher la balance dans un sens ou dans un autre, sachant c'est aussi l'appréciation qui compte. Autrement dit, il faut analyser les choses avec tout ce qui anime un certain nombre de débats sur la protection de la nature.

L'état de conservation d'une espèce,  la capacité de discriminer entre les espèces lors de la capture constituent autant de critères qui entrent en jeu dans la décision d'autoriser une certaine pratique :

Ce sont des espèces pour lesquelles il faudrait se mettre d'accord sur leur état de conservation, leurs effectifs. Or, on est dans un monde dans lequel la production des données se fait avec le concours de citoyens volontaires qui acceptent de participer à ces comptages, on n'a pas d'agents recenseurs. 

On a des chiffres sur les animaux chassés, mais sur la population existante, potentielle, c'est plus compliqué. Christophe Baticle

S'il est vrai, comme l'affirrme Christophe Baticle, que le nombre d'oiseaux chassés à l'aide de méthodes traditionnelles de chasse serait négligeable par rapport au nombre d'oiseaux tués en France, les enjeux se joueraient en fait ailleurs :

On est surtout sur des enjeux qui peuvent être interprétés comme symboliques, liés à des questions morales. C'est plus le mode de mise à mort qui choque que les effectifs. 

Si vraiment c'était la question de la pérennité de ces espèces, il est clair qu'on s'attaquerait à d'autres modes de chasse. La véritable donne, elle se joue sur les territoires, les biotopes qui peuvent accueillir ces populations. Christophe Baticle

Un enjeu de protestation ancien

Les mouvements de protestation des chasseurs contre les mesures restrictives à la chasse sont divers et pérennes. En Picardie, les mobilisations traduisent surtout des occupations quant au maintien du droit de chasser les anatidés :

En Picardie, on craint effectivement de voir l'interdiction de la chasse de nuit, mais aussi de tout un ensemble de possibilités de chasser, y compris la passée. Ce serait effectivement la mise à mal, voire la disparition de ce mode de chasse, qui joue un rôle en termes d'identification, de pratiques de l'espace et de présence dans la nature. Christophe Baticle

Pour Christophe Baticle, les mobilisations actuelles ressemblent à celles du "Groupe des 9", qui avait rassemblé neuf fédérations socio-professionnelles dans leur opposition au dispositif Natura 2000, la politique européenne de protection des territoires et de conservation des biotopes. 

Avec, en arrière-plan, un débat sur la forme d'écologie poursuivie, sur base d'enjeux moraux : 

Vous pouvez avoir une écologie qui met au centre les enjeux humains, et vous pouvez avoir une écologie qui serait bio-centrée et qui considérerait que c'est le vivant lui-même qui mérite d'être protégé. Christophe Baticle

Intervenants
  • Socio-anthropologue, chercheur, enseigne à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......