LE DIRECT

Fatoumata Diawara, We Love Green et "Pygmalion"

5 min
À retrouver dans l'émission

Le nouvel album de la chanteuse et actrice malienne; le festival écolo musical à Vincennes et un coup de coeur pour "Pygmalion", l'album de bande dessinée de Sandrine Revel inspirée du mélologue de Jean-Jacques Rousseau

"Nterini", extrait du deuxième album de la chanteuse et actrice Fatoumata Diawara, Fenfo, qui signifie "Quelque chose à dire" en bambara.

Fatoumata Diawara, qui interprétait la sublime chanson du film Timbuktu, mais aussi la sorcière de Kirikou, et qui a collaboré avec Damon Albarne, Herbie Hancock et pianiste cubain Roberto Fonseca, le dit elle-même : elle a tout fait sur cet album, avec M, Mathieu Chedid, qui a coproduit l’album et avec qui elle chantait sur le projet Lamomali.

Dans cette chanson qui ouvre l’album, "Nterini", elle raconte le périple d’un homme qui fuit son pays et se lance sur les routes de l’exil, et parle de l’humanité de ces migrants. Mais sur l’album, elle s’adresse aussi à la jeunesse africaine pour la retenir et mettre en valeur les beautés du continent, elle loue la richesse du Mali, et invoque la nécessité absolue du respect entre les humains.

Fatoumata Diawara sera en concert aux Nuits de Fourvière à Lyon demain soir à 20h30 avant une tournée.

Pour ouvrir la saison des festivals, outre les Nuits de Fourvière, We Love Green à Vincennes est idéal : en quelques années, il a su s’imposer comme l’un des meilleurs festivals de musique, et en plus on y réfléchit aux enjeux environnementaux. Côté musique, cette année, outre les têtes d’affiche attendues (Charlotte Gainsbourg ou Björk qui y donnera son unique concert français) on pourra y faire quelques découvertes comme la jeune anglaise pop-soul Jorja Smith, vingt ans, dont les connaisseurs disent qu’elle est la future star, et dont on reparlera très vite puisque son album doit sortir vendredi prochain…

Et dans un autre registre, coup de cœur pour une BD qui vient de sortir aux éditions les Arènes. Elle est signée Sandrine Revel (à qui l’on doit notamment un superbe Glenn Gould dans le même genre), elle est intitulée « Pygmalion » et elle se dit librement inspirée de l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau avec le concours de Georg Benda et du Paris Mozart Orchestra sous la houlette de Claire Gibault. Car Pygmalion par Sandrine Revel, c’est un projet complet, à la fois une bande dessinée, un enregistrement audio et des concerts dessinés…

De l'histoire mythologique du sculpteur amoureux de sa création Galatée, dont le philosophe avait tiré un mélologue, Sandrine Revel garde les émois de l’artiste, ses doutes, ses tourments, et réussit le tour de force de nous donner à entendre la musique, non seulement par cet enregistrement qu’on peut télécharger gratuitement, mais aussi parce qu’elle entrecoupe les méditations de Pygmalion (qui prend les traits d’artistes qu’elle aime) de dessins représentant l’orchestre en train de jouer. C’est ultra-sensible et onirique: très beau!

Chroniques

7H10
27 min

L'Invité culture

Baudoin : "Le papier blanc nous impose une vérité"
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......