LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Max Jury et Kore Eda

3 min
À retrouver dans l'émission

Le dernier titre du jeune Max Jury et la Palme d'or de Hirokazu Kore Eda

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Son nom est Max Jury et cette chanson, intitulée « Primrose Hill » est la dernière qu’il a mise en ligne il y a quelques jours. Avec sa soul vintage et son folk hérité des seventies mais remis au goût du jour, ce natif de l’Iowa a déjà conquis des dizaines de millions d’internautes qui ont regardé ses clips en streaming, et il a sorti un premier album en 2016. Ce dernier titre en date est extrait de l’EP Notes From California, conçu comme les quatre chapitres d'une histoire, en attendant un prochain album en 2019.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C'est le dernier film du Japonais Hirokatsu Kore Eda, qui a reçu la Palme d’or du festival de Cannes cette année et qui est sorti en salles ce  mercredi… 

Kore Eda est un cinéaste qui, comme le dit très bien l’ami Antoine Guillot,  « s’est fait le portraitiste des dysfonctionnements de la famille, pilier traditionnel et idéologique de la société japonaise, en procédant comme à des expériences de chimiste : que se passe-t-il quand on enlève les parents (Nobody Knows), quand un fils meurt (Still Walking), quand on sépare des enfants (I Wish) ou qu’on les permute à la naissance (Tel père, tel fils), quand on sépare une famille (Après la tempête) ou qu’on la recompose (Notre petite sœur)."

Cette fois, il s’est intéressé à la famille qu’on s’invente. Un soir, un père et une mère qui vivent déjà avec une fille, un fils et une grand-mère et qui vivent de petits larcins, recueillent une petite fille de 5 ans, Yuri. Elle a froid, elle est affamée et elle est couverte de bleus. Ils décident de la garder et elle devient le sixième élément de cette famille brinquebalante jusqu’à ce que ce train-train fait de combines et de moments de joie pure se mette à dérailler…

Le film de Kore Eda posent des questions vertigineuses : qu’est-ce qu’une famille ? C’est quoi être parent ? Qu’est-ce qui lie des êtres humains ensemble? Quelles sont les forces qui unissent un groupe et celles qui le séparent ? Et en plus c’est un grand film de cinéma qui, avec beaucoup de subtilité, des jeux de regards, de mains, des scènes de repas, sait rendre toute sa poésie au quotidien.

Chroniques
7H10
27 min
L'Invité(e) culture
Freddy Tsimba : sculpteur de paix
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......