LE DIRECT

"Il va y avoir du sport... mais moi, j'reste tranquille"

4 min
À retrouver dans l'émission

"Il va y avoir du sport... mais moi, j'reste tranquille" chantait Silmaris en 2000. Pour rester tranquille, et si on larguait les amarres pour aller explorer l'île de Porquerolles où vient d'ouvrir la fondation Carmignac pour l'art contemporain?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un petit tour à la tour Fondue de Hyères, une courte traversée en bateau et vous voilà sur la merveilleuse île de Porquerolles. Là, on commence par se rappeler l’adage du poète Juvénal, mens sana in corpore sano (un esprit sain dans un corps sain), et donc nage, vélo, marche… De quoi se préparer à une expérience sensorielle que propose la toute nouvelle fondation d’art contemporain, la fondation Carmignac, du nom du financier et amateur d’art Edouard Carmignac, classé parmi les plus grandes fortunes de France. 

La fondation est un mas provençal niché au cœur du parc national de Port-Cros, au milieu des vignes et des pins parasols, surplombant la mer et sis dans un jardin écologique réalisé par Louis Benech parsemé de sculptures (coup de cœur pour les têtes en bronze hiératiques de Jaume Plensa). Pour le mettre dans de bonnes conditions, la villa Carmignac accueille ses visiteurs avec une boisson citronnée sous le regard d’Alycastre, un monstre en bronze patiné de l’artiste catalan Miquel Barcelo, libre interprétation d’une légende de l’île. L’entrée peut intimider, mais il faut surmonter sa première impression. Le dit visiteur est ensuite prié de retirer ses chaussures pour faire la visite pieds nus, histoire de sentir le contact de la pierre fraîche (un pavé en grès importé d’Inde), de « se reconnecter et de se ressourcer », nous dit-on. Bonne idée. On n’est pas plus de cinquante par demi-heure. Autre bonne idée. C’est en sous-sol que tout se passe, un sous-sol étonnamment lumineux, pensé comme un temple aquatique avec son plafond d’eau qui éclaire les salles comme le fond des mers.

La collection Carmignac comprend trois cents œuvres, de Roy Lichtenstein, JM Basquiat, Andy Warhol, Martial Raysse, Gerhard Richter pour n’en citer que quelques-uns, mais pour son ouverture, la fondation en expose soixante-dix à côté de prêts (divine surprise d’y trouver par exemple une Vénus de Botticelli) dans une exposition temporaire intitulée Sea of Desire

Une véritable invitation à la contemplation à voir jusqu’au 4 novembre à Porquerolles.

Chroniques

7H10
27 min

L'Invité culture

Antoine de Galbert : "A la Maison rouge on a su s'inventer un vrai public"
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......