LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"Orphée et Eurydice", les comédies musicales à la Philharmonie de Paris et Alexandre Tharaud

4 min
À retrouver dans l'émission

Un opéra, une exposition, un pianiste

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

_Orphée et Eurydice_est un opéra de Gluck qui a bouleversé l’Europe des Lumières, et quelque deux cent cinquante ans plus tard, l'oeuvre nous emporte encore. Elle a été composé en 1774, mais le compositeur français Hector Berlioz, adorateur de Gluck, la reprit presque un siècle plus tard, en 1859, pour en faire une respectueuse synthèse. C’est cette version d’Orphée et Eurydice qu’on peut voir et entendre actuellement à l’Opéra Comique à Paris, et c’est un émerveillement.

Orphée et Eurydice, c’est le mythe d’Orphée qui raconte la douleur de la perte de l’être aimé. Au début de la pièce, Orphée pleure la mort de son épouse que les dieux lui ont ravis. C’est alors que le Dieu Amour, compatissant, entre en scène pour lui venir en aide. Il consent à ce qu’Orphée aille chercher Eurydice aux Enfers pour la ramener à la vie mais à condition extrême : qu’il ne tourne pas son regard vers elle, sinon elle périra pour toujours ! Orphée parvient aux Enfers, mais sur le chemin du retour, Eurydice s’inquiète de son apparente indifférence. Elle le supplie de lui parler, de la regarder. Orphée succombe, finit par se retourner, et au même instant il perd définitivement son Eurydice...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le spectacle qui se joue actuellement sur la scène de l’opéra comique est une merveille sur tous les plans : la musique, le livret, l’éloquence de l’orchestre, l’implication du chœur… On entend et on vit le drame  de bout en bout. Et puis il y a la beauté des voix, à commencer par celle de la mezzo-soprano Marianne Crebassa, admirable travestie, sublime Orphée, alternant entre chagrin et détermination avec une intensité dramatique sensationnelle.

Musicalement, c’est exceptionnel, et esthétiquement, c’est splendide. Le metteur en scène Aurélien Bory investit tout l’espace, il a imaginé des danses et des acrobaties toutes en rondeur (la jeune Léa Desandre en dieu Amour s’y prête avec bonheur) et surtout il reprend un dispositif optique du XIXe siècle, le Pepper’s Ghost, sorte d’immense miroir incliné qui renverse la verticalité en profondeur, et permet à Orphée de passer physiquement de l’autre côté. Entre illusions d'optique et reflets, c’est très beau.

Orphée et Eurydice, c’est à l’Opéra comique jusqu’au 24 octobre.

Mais  vous pouvez aussi le voir sur Arte concert en replay et l’écouter sur France Musique dimanche 28 octobre à 20h.

Si vous êtes Parisien ou si vous y venez pour les vacances, ne manquez pas la nouvelle exposition à la Philharmonie de Paris qui vient d’ouvrir ses portes sur les comédies musicales: d'Une étoile est née à Cabaret, De Chantons sous la pluie à La La Land en passant par West Side Story, c’est toute la joie de vivre au cinéma qui est exposée, et qui donne le sourire. L’exposition prend le parti d’immerger les visiteurs dans les films, par des projections géantes, accompagnées de photographies, de musique et de danse… ça vaut le détour

Par ailleurs, Arte rediffuse demain soir à 18h30 le beau film qui montre le pianiste Alexandre Tharaud jouer les deux dernières sonates de Beethoven, la Sonate pour piano n° 31 en la bémol majeur opus 110 et la Sonate pour piano n° 32 en ut mineur opus 111.

A l'occasion de la sortie de son nouveau disque chez Erato qui comprend ces deux sonates plus la sonate n°30 opus 109, le pianiste est en tournée de concerts.

Chroniques
7H10
19 min
L'Invité(e) culture
Jean Rondeau : "Un disque, c'est une histoire, une forme musicale"
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......