LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

En quête de reconnaissance

59 min

Ils étaient 10 millions en 1961, 10 millions d’algériens musulmans, autrement appelée « indigènes ». Une majorité effacée face à la minorité de commandement, le million d’Européens d’Algérie.

Casbah
Casbah Crédits : Radio France

Deux sociétés vivant côte à côte, deux groupes humains inégaux habitués à cohabiter sans se mélanger, Mais avec l’échec de la colonisation, et la montée du nationalisme musulman, ces citoyens de seconde zone sont devenus un enjeu dans la guerre qui se joue, des cibles parfois, des victimes souvent, y compris en France où 200.000 d’entre eux résident alors.

Sans être des rebelles, beaucoup rêvent de reconnaissance, d’égalité, et de dignité.

  • Mehdi Charef, enfant algérien
  • Farid Kacha, étudiant en médecine à Alger
  • Nadia Kacha, enfant de Sétif
  • Abderramane Tajeddine, lycéen d’Oran
  • Derkouche Redouane, habitant de la Casbah
  • Aïcha Mansouri, algérienne, jeune mère de famille de Nanterre
  • Larbi Bouziane, adolescent du bled venu à Paris

Et en bonus, le témoignage du réalisateur Medhi El Hadj , enfant de la rue Mouffetard à Paris.

Ancien attaché de réalisation à France Culture, Mehdi El Hadj  se souvient de ses années de guerre d’Algérie, en France. Alors enfant, d’origine franco-algérienne (son père était algérien et sa mère française), il vivait rue Mouffetard, à Paris. En retournant sur les lieux, il nous raconte l’atmosphère, l’ambiance, la violence palpable et visible dans le regard des gens, avec le souvenir que l’on ne parlait pas de cela, par peur ou par méfiance. « Même s’il faisait beau, il y avait une grisaille  » raconte t-il. Avec lui surgissent du passé les harkis du préfet de police de l’époque, Maurice Papon, les tueurs du FLN dans la guerre menée aux militants du MNA, les figures du quartier, les premiers pieds-noirs. Une vie qui se passait dans la rue, à cette époque, pour un jeune garçon !

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......