LE DIRECT

Les Grandes traversées / Pourquoi Fukushima ? (débat)

Par Michel Pomarède
du lundi 13 au vendredi 17 août de 11h à 12h

L’histoire se répète-t-elle vraiment ? Des journalistes, artistes, spécialistes, se questionnent sur l’avenir du Japon post-Fukushima.

Paysage dévasté du village Otsuchi
Paysage dévasté du village Otsuchi Crédits : Reuters

« L’histoire se répète » a écrit l’année dernière le prix Nobel de littérature Kenzaburo Oe auteur des Notes d’Hiroshima qui complétait « l’histoire d’aujourd’hui s’écrit sous le regard des victimes d’hier ».

Les victimes d’hier, ce sont les hibakusha , les irradiés d’Hiroshima et Nagasaki qui ont crié depuis plus de 60 ans « no more Hiroshima ». Et pourtant… Plus de 60 ans après la catastrophe de 1945 et l’utilisation du nucléaire militaire dans un contexte de guerre, le Japon fait face à une nouvelle tragédie : victime cette fois-ci de l’atome produit par ses propres centrales. Avant l’explosion de Fukushima, le pays du soleil levant comptait 54 réacteurs nucléaires qui couvrait près de 30 % de la consommation en électricité. En mars 2012, la totalité des réacteurs était à l’arrêt – sans que cela n’entraîne de pénurie – mais le gouvernement s’est employé depuis à redémarrer deux réacteurs. Contre l’avis d’associations écologistes et d’une partie de la population qui est descendue dans la rue.

Le 11 mars 2011 est une catastrophe, naturelle, nucléaire mais aussi morale. Elle a mis en lumièrela fragilité de la démocratie japonaise face à la "conspiration du silence" – comme l’écrit encore Oe – des compagnies d’électricité, des administrations, du gouvernement et des médias. Dès lors cette catastrophe peut-elle être envisagée comme la deuxième défaite du Japon après celle de 1945 ? Quel modèle inventer pour sortir de celui de l’après-guerre et de la reconstruction ? Quel peut-être un nouveau projet de société fondé sur la décroissance ou les énergies renouvelables ?

France Culture qui s’était rendue au Japon en 2005 pour rencontrer les victimes d’Hiroshima et de Nagasaki, 60 ans après les bombardements est retournée cette année dans l’archipel pour enregistrer les « répliques » du séisme dans la société : chez les écrivains, les penseurs que vous entendrez dans les débats mais aussi chez les témoins directs de la catastrophe qui prennent la parole dans les documentaires.

Pour terminer la matinée, une heure de débats quotidiens où des invités se retrouvent autour d’une problématique centrale : quel avenir – artistique, nucléaire, économique, … - est encore possible pour le Japon post-Fukushima ?

Retrouvez de 9h10 à 10h les archives, et de 10h à 11h les documentaires de la Grande traversée « Pourquoi Fukushima ? ».

En partenariat avec

logo mag Litt
logo mag Litt

TOUTES LES DIFFUSIONS

image par défaut
59 min
image par défaut
59 min
image par défaut
59 min
image par défaut
59 min

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.