LE DIRECT

Le bashing

4 min

Mardi soir, 2 juillet, c ‘était la conclusion de la saison 5 des « Anges de la téléréalité », je n’allais pas manquer ça.

Vous ne voyez pas ? Vous n’avez pas entendu répéter environ mille fois par jour la fameuse phrase de Nabila « allô ? t’es une fille et t’as pas de shampooing ? C’est comme si tu me dis : t’es une fille et t’as pas de cheveux ». Le style, la voix, tout un programme déjà…

Les Anges de la téléréalité , c’est une série copiée sur un modèle américain, comme toutes les autres. Les Anges en question ont, eux, tous participé à d’autres séries de téléréalité française, Secret Story, l’Ile de la tentation etc… On les réunit dans une région « de rêve »: genre Floride, et une villa « mythique », genre celle de Janet Jackson, moi ce n’est pas ça exactement mon rêve…

Pour, tenez-vous bien, leur fournir l’occasion « de s'accomplir dans leur milieu professionnel comme la chanson, la comédie, la mode ou l'animation. »

Il n’y en a aucun qui considérerait comme un métier possible d’être infirmière, institutrice ou menuisier.

Qu’est-ce qu’on voit, dans ces différentes saisons ? Exactement la même chose toujours : des jeunes gens plutôt beaux, d’accord. Mais : beaux parce qu’ils ont été, je parle des filles entièrement refaits, les seins etc…, et déjà la bouche de poisson ! Des garçons, pas mal faits, mais tellement tatoués qu’on a peur d’imaginer comment ils seront vers 50 ans ou après… Et que font-ils, ces jeunes ?

Rien. Rien d’intéressant. Ils se disputent, dans une langue incroyablement pauvre et vulgaire, les filles avec une voix désagréable, dans le nez, haut perchée, les garçons … on ne comprend pas trop ce qu’ils disent. C’est la même chose, avec l’accent, pour la série « les Marseillais à Cancun ».

Puis ils vont à deux, se rouler sous la couette. C’est beaucoup plus hard que du temps de Love Story.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce que je me suis demandée quel effet la téléréalité pouvait produire sur les jeunes, puisque, selon un sociologue, « les adolescents d'aujourd'hui ont tous grandi avec elle, et la considèrent comme un genre télévisuel à part entière »

De deux choses l’une : ou ils s’identifient, ou non.

D’abord ils la regardent assidûment, parce que, disent-ils ces séries représentent bien la société d’aujourd’hui. Et ils apprécient les vêtements, des musiques. Ça leur donne des idées pour leurs propres choix.

Cependant ils ne parviennent pas à s’identifier. Bravo, disent aussitôt les sociologues, ils « sont incroyablement lucides » ! Vous reconnaissez ce type de phrase : démagogique et flatteuse, chaque fois qu’il pourrait y avoir une petite critique à faire...

Non, en effet, les adolescents ne s’identifient pas. Mais voyons un peu ce qui se passe. Ils le manifestent comment ? En se moquant d’eux, en les parodiant : ce qu’on appelle le « bashing », ou acharnement.

La téléréalité apprend à des jeunes que tout est truqué et ridicule. Or ça je ne sais pas trop si c’est bon. Le bashing se constate à tous les niveaux, dans la cour de récréation et même en politique; et ça, c’est carrément préoccupant.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......