LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Vendredi 13 : pourquoi est-ce un jour porte-bonheur ou de malchance ?

3 min

Le vendredi 13 est considéré comme un jour particulier, jour de malchance ou jour de chance. Pourquoi certains en ont-ils peur ? Quelle est l'origine de cette superstition et que révèle-t-elle sur nous ?

Il n’y a jamais qu’un ou deux vendredis treize par an. L'année 2012 par exemple a fait figure d’exception, puisqu’elle en a compté trois. Le vendredi 13 est considéré comme un jour particulier, jour de malchance ou jour de chance. On enregistre deux fois plus de joueurs de loto le vendredi 13.

La crainte du vendredi 13 combine celle du vendredi et du 13

Le 13, parce qu’il y avait 13 participants au dernier repas du Christ, ou bien parce que le même a été crucifié un 13 (on se demande sur quel calcul cela repose !) ou parce que dans l’Apocalypse, c’est le chapitre ou apparaît le chiffre de la Bête… Du coup : jamais 13 invités à table, pas de chambre treize dans les hôtels, etc.

Le vendredi est également considéré généralement comme dangereux, parce que c’est la veille du samedi (de la crucifixion). Alors, pensez, un vendredi 13, qui combine les deux !

Tout ça, c’est ce qu’on appelle des superstitions : le mot vient du latin et signifie en gros survivance. Les superstitions seraient ce qui a survécu des anciennes croyances après que la vraie s’est établie, entendons, le monothéisme. C’est d’autant plus paradoxal que beaucoup de superstitions se greffent sur des épisodes de la Bible ou du Nouveau testament, la Cène, la Passion du Christ.

Le vendredi, c’est aussi le jour où on a le droit de «troller»

Il est intéressant de voir comment s’est greffé là-dessus un exemple particulier de vendredi : c’est le jour où on a le droit de «troller». C’est quoi, troller ? C’est faire le «troll» ce lutin des mythologies nordiques. S’amuser sur Internet, faire le petit plaisantin, susciter des polémiques sur un forum de discussion, ou traiter par l’ironie certains sujets.

En gros, le troll ne respecte pas la « netiquette », mot composé de net et de étiquette, au sens de ce qui se fait ou ne se fait pas. La «netiquette» est un code de bonne conduite, voire de bienséance, alors que le troll les viole résolument, par exemple en usant des simplifications de langage type SMS : «je vè bi1».

Des superstitions en lien avec d'anciennes traditions

Ce «troll» du vendredi n’est pas sans rappeler une vieille tradition de l’antiquité romaine : les Saturnales. Pendant ces fêtes de Saturne on avait le droit de renverser l’ordre établi, de se montrer grossier ou impudique, de faire de mauvaises blagues. Cela nous entraîne loin de la superstition banale attachée au vendredi, au 13 et au vendredi 13 !

Rappelons tout de même que 41% des Français se disent superstitieux et que les autres, comme Alphone Allais déclarent : «Je ne suis pas superstitieux, ça porte malheur !».

Rappelons aussi que Voltaire, qui ne faisait pas trop la différence entre religion et superstition, disait : «La superstition met le feu au monde, c’est la philosophie qui l’éteint». Alors soyons philosophe en ce vendredi 13, et tous les autres jours aussi !

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......