LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

« Les atouts de la France »

3 min
À retrouver dans l'émission

Le vrai problème des Français n’est pas celui qu’on croit. C’est du moins le résultat auquel mènent les études de Claudia Senik (http://bit.ly/17ANOtd et http://bit.ly/1348QRb ). Selon celles-ci (http://bit.ly/119m1LR ), les Français sont structurellement moins heureux que les autres peuples européens.

Au vu des critères économiques et sociaux objectifs tels que le niveau de vie et l’indice de développement humain, le ressenti, par les Français, de leur degré de bonheur et d’optimisme, devrait être bien plus élevé. Ils ont une estime de soi plus faible que les autres européens. Ainsi, si les Belges vivaient la vie des Français en France, ils seraient plus heureux que nous. Notre problème est donc culturel et anthropologique.

Cette découverte n’a pas du tout pour fonction de masquer ou de minorer les graves difficultés auxquelles sont confrontés les Français. Mais voilà : en Belgique, au Royaume-Uni, aux Pays Bas, dans les pays scandinaves, des difficultés analogues sont davantage vécues comme des défis et comme de mauvaises passes dont on va se sortir. La confiance de la société comme des individus en leurs capacités, en leur bonne étoile, en leur avenir y est notablement plus élevée qu’en France.

Le débat sur les causes de ce constat scientifiquement documenté ne fait que commencer. D’ores et déjà, cela suffit à faire un pas de côté pour s’abstraire de l’autodénigrement collectif actuel. Comme dans le film chilien No (http://bit.ly/159ERaI ), actuellement au cinéma, nous pourrions décider de nous projeter dans l’avenir. Le cauchemar dont les chiliens avaient à sortir en 1988 était pourtant bien plus terrible que les mensonges de Mittal, Spenghero, Cahuzac et Bernheim, en 2013 en France.

Reprendre confiance en nous, et croire en nos chances de tirer parti de la mondialisation, est d’autant plus censé que la France, cinquième économie mondiale, excusez du peu, a d’authentiques atouts. Il suffit d’interroger des auteurs fins connaisseurs de notre pays, comme Béatrice Giblin (http://bit.ly/XMscbv ), Magali Reghezza (http://bit.ly/136iC1G ), François-Gérard Dumont (http://bit.ly/XBES2Q ), Marc Dumont (http://bit.ly/10WL44d ), Eloi Laurent (http://bit.ly/XMt3t0 ), Jacques Lévy (http://bit.ly/YoWRH5 ), pour être convaincu des atouts de notre pays.Je leur ai proposé durant le week-end de répondre en trois mots ou trois fois six mots à cette question : « quels sont selon vous les trois atouts de la France ? ».

La France a manifestement et spécifiquement de la ressource : son urbanité Paris et sa région ses infrastructures en général et de mobilité en particulier sa production hors pair de biens communs et ses services publics son système de santé et de sécurité sociale son secteur touristique et son patrimoine culturel et naturel sa démographie dynamique et, surtout, sa jeunesse ; son armée comme son antique pratique du métissage ; son humour comme sa passion du débat.L’éducation française, précisément, fait débat. Elle est à la fois un pilier de notre réussite et un frein considérable. La population active française est une des mieux formée au monde. Elle est aussi l’une des plus déprimée ! Car, sur tout le territoire, notre éducation ne cesse de distinguer les meilleurs au lieu de féliciter, d’intégrer et de mettre en confiance tous ces adultes en devenir que sont ses élèves.

Avec ses discours hebdomadaires sur la morale privée des personnages publics (http://bit.ly/15f9xrn et http://bit.ly/ZvARcX ), François Hollande se trompe de cible. Plutôt qu’un président du tableau d’honneur, les Français attendent un président du bonheur !

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......